Les 10 plus grands présidents africains dictateurs de l’histoire

La dictature est un régime politique encore répandu en Afrique malgré les pressions de la Communauté internationale pour l’instauration d’un régime démocratique. Après nos investigations, voici enfin le top 10 des présidents africains considérés comme les plus grands dictateurs de l’histoire du continent noir.

Les plus grands dictateurs africains de l’histoire ne sont plus en exercice dans leurs différents pays, du moins pour la plupart. Venus au pouvoir par des coups d’état militaires pour la plupart, Ils ont régné d’une main de fer en Afrique depuis des dizaines d’années pour certains. Durant leur ascension au pouvoir ou pendant leur règne sans partage au sommet de l’Etat, ces dirigeants ont commis de nombreuses exactions souvent qualifiés de massacres ou de génocides par la communauté internationale. La rédaction de Cotedivoire.News est allée à la pêche aux informations pour permettre à ses lecteurs et lectrices de découvrir les 10 plus grands dictateurs de l’histoire parmi les présidents et souverains du continent africain. Si certains de ces dirigeants qui gouvernent d’une main sont encore en vie, il ne faut pas oublier que la grande majorité de ces présidents ont perdu la vie ou ne sont plus au pouvoir. A noter que pour dresser ce classement, nous nous sommes basés sur plusieurs facteurs et non sur l’unique critère de la durée de ces chefs d’Etats au pouvoir.

10ème Sani Abacha (Nigéria)

La République fédérale du Nigéria se souviendra encore longtemps du nom de Sani Abacha, probablement l’un des plus grands dirigeants militaires que ce pays ait connu. Né en 1943 dans le nord du pays à Kano, le général Sani Abacha a été l’un des principaux artisans du coup d’état militaire de 1983 perpétré contre Shehu Shagari démocratiquement élu en 1979 et deux ans plus tard à l’origine du coup d’état qui qui a chassé l’actuel président du Nigéria, le général Muhammadu Buhari en 1985. Après avoir installé plusieurs dirigeants au pouvoir, il s’autoproclame président du Nigéria en 1993 et décèdera 5 ans plus tard, le 8 juin 1998 des suites d’une crise cardiaque.

9ème Jean-Bedel Bokassa (Centrafrique)

La neuvième place de notre classement est occupée par Jean-Bedel Bokassa dit l’Empereur Bokassa 1er. Après avoir été formé par l’armée française, l’empereur Bokassa rentre au pays avec le grade de capitaine. Il sera nommé en 1964 chef d’Etat-major par son cousin David Sacko qui dirigeait le pays à cette époque. Après avoir repoussé le coup d’état militaire perpétré par la gendarmerie contre son cousin en décembre 1965, l’empereur Bokassa saute sur l’opportunité pour chasser du pouvoir son cousin le 31 décembre de la même année. Une fois qu’il accède au pouvoir, il instaure pendant son règne une monarchie en Centrafrique, d’où son surnom d’Empereur. Il se proclamera donc président à vie du pays avant d’être chassé du pouvoir en 1979. L’empereur Bokassa décède en 1996 d’une crise cardiaque après avoir été amnistié trois ans plus tôt. En tant que monarque, il avait 17 compagnes avec qui il aurait eu 40 enfants environ.

8ème Sékou Touré (Guinée)

Symbole de la lutte anticolonialiste pour certains, dictateur pour d’autres, Ahmed Sékou Touré a dirigé la Guinée d’une main de fer de 1958, date à laquelle le pays a obtenu son indépendance, jusqu’en 1984, date de sa mort. Pendant ses 26 années de règne au sommet de l’Etat, il a remis en question plusieurs accords de coopération avec la France capitalise pour se lier d’amitié avec des pays communistes comme la Chine. Pendant son règne qui aura duré 26 ans, plusieurs opposants à son régime ont été écroués. Et selon un rapport d’Amnesty International, Sékou Touré aurait causé la mort d’environ 50.000 guinéens pendant qu’il encore aux affaires.

7ème Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (Guinée-Equatorial)

Sous son apparence de père de la Nation, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo ne serait en réalité qu’un des plus grands dictateurs que le continent africain ait connu. Après avoir débuté sa carrière dans l’armée dans les années 1965, il gravit très rapidement les échelons pour se retrouver dix ans plus tard à la tête de l’Etat-Major de son pays, sous la houlette de son oncle. Quatre ans plus tard, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo renversera ce dernier qu’il assassinera plus tard. Cela fait maintenant 38 ans qu’il est à la tête de la Guinée-Equatoriale, un règne sans partage dans un pays où l’opposition peine à se faire entendre.

6ème Blaise Compaoré (Burkina Faso)

La sixième place du classement est occupée par Blaise Compaoré, l’ancien dirigeant du Burkina Faso aujourd’hui naturalisé ivoirien. Arrivé au pouvoir à la faveur d’un coup d’état militaire perpétré contre son bras droit Thomas Sankara en 1987, Blaise Compaoré a dirigé le pays pendant 27 ans avant d’être chassé au pouvoir à la faveur d’une contestation populaire en 2014 contre sa quatrième candidature à l’élection présidentiel burkinabé. En janvier 2016, les autorités du Faso avaient émis un mandat d’arrêt contre Blaise notamment pour son rôle présumé dans la mort de Thomas Sankara. Mais ces accusations risquent de resté sans suite puisqu’il est désormais reconnu comme un citoyen ivoirien. Il est aussi soupçonné de plusieurs meurtres dont celui du célèbre journaliste Norbert Zongo.

5ème Robert Mugabe (Zimbabwe)

Robert Mugabe est à la tête de la République du Zimbabwe depuis 1987, donc à sa trentième année de règne sans partage du pouvoir. Certains verront en lui un symbole de lutte contre la domination occidentale tandis que d’autre le qualifieront tout simplement d’un dictateur qui a plongé son pays dans le chaos en se maintenant au pouvoir au fil des années. Sa réforme agraire censée arracher les terres zimbabwéennes aux fermiers blancs pour les redistribuer aux noirs n’a toujours pas eu l’effet escompté. Mais le dirigeant, fortement influencé par le courant marxiste continue de lutter tant bien que mal contre l’occupation des terres par les fermiers blancs, alors que son pays vit toujours sous un seuil de pauvreté alarmant.

4ème Mouammar Kadhafi (Libye)

Aux yeux de la communauté internationale, il passe sans l’ombre d’un doute pour l’un des plus grands dictateurs africains. Né en 1942, Mouammar Kadhafi accède au pouvoir en 1969 à la faveur d’un putsch militaire. Après 41 ans de règne sans partage, le guide libyen sera chassé du pouvoir en 2011 à la faveur de révolution du printemps arabe qui a frappé plusieurs du Maghreb. Il sera tué la même année d’une balle dans la tête lors de son arrestation. Mais 6 ans après le départ du guide libyen, le pays est toujours plongé dans une crise politique, une situation qui pousse certains à croire que la Libye était un havre de paix sous le règne de Mouammar Kadhafi, même la communauté internationale prétend toujours le contraire.

3ème Charles Taylor (Libéria)

Durant son règne qui n’aura pas été le plus long des chefs d’états africains présents dans ce classement, Charles Taylor a joué un rôle déterminant dans la guerre civile qu’a connue la Sierra-Leone de 1991 à 2002. Pour son implication avérée dans la crise du pays voisin, Charles Taylor sera condamnée en 2012 à 50 années de prison pour crimes contre l’humanité. Aussi, il est soupçonné d’être responsable de la mort de 150.000 personnes, des accusations qui restent toutefois à prouver.

2ème Mobutu Sese Seko (RDC)

De son vrai nom Joseph-Désiré Mobutu, le maréchal Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga est un ancien dirigeant de la République démocratique du Congo (RDC). Né dans les années 1930, il accède au pouvoir en 1965 après un putsch militaire perpétré contre Joseph Kasa-Vubu, un putsch qui à l’époque avait été salué par bon nombres de pays dont la Belgique. Mais très vite, le héros d’hier se fera des ennemis pour sa gestion quelque peu tyrannique du pouvoir. En juin 1966, il fait pendre publiquement sous les yeux du peuple, 4 ex-ministres de son gouvernement injustement accusés d’avoir orchestré des complots contre lui. Trois ans plus tard, nouvelle démonstration de sa gestion tyrannique du pouvoir, Mobutu réprimande dans le sang une manifestation d’étudiants dont les corps seront enterrés dans des fosses communes. L’homme qui se faisait appeler le léopard du Zaïre, Papa Maréchal ou l’aigle de Kawele décédé 4 mois après sa destitution du pouvoir en 1997.

1er Idi Amin Dada (Ouganda)

Idi Amin Dada est un dirigeant dont l’Afrique parle très peu, pourtant il aura marqué l’histoire de l’Ouganda de la manière la plus négative. Durant son règne militaire qui a duré 8 ans (1971 – 1979), Idi Amin Dada a commis des atrocités d’une telle ampleur que l’un de ses nombreux fils (60 enfants officiellement) s’est excusé auprès du peuple ougandais. Selon les observateurs de la communauté internationale, environ 500.000 ougandais ont été exécutés pendant les huit années du règne tyrannique d’Idi Amin Dada. Refugié en Arabie Saoudite, il meurt en 2003 dans la ville de Djeddah.

6,667 total views, 36 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !