Mutinerie des forces spéciales de Côte d’Ivoire: le Général Doumbia Lassina injustement accusé?

La mutinerie des forces spéciales de Côte d’Ivoire n’aura duré qu’une demi-journée, mais assez longtemps pour paralyser la ville d’Adiaké hier mardi. Le commandant de l’élite des forces armées ivoiriennes, le général Doumbia Lassina a été mis en cause dans cette nouvelle contestation militaire. Qu’en est-il réellement ?

La mutinerie des forces spéciales ivoiriennes alimente encore les débats ce mercredi 08 février, 24 heures après le mouvement d’humeur qui a paralysé Adiaké, ville où se trouve la base militaire de l’unité spéciale de l’armée ivoirienne. Cette nouvelle contestation des soldats ivoiriens qui a eu lieu dans la matinée de mardi à 90 kilomètres d’Abidjan ne s’est pas déroulée sans incidents. Le porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno Koné a annoncé ce mercredi matin deux civils avaient été blessés hier par les coups de feu tirés par les militaires. Après les discussions qui ont eu lieu dans l’après-midi du 07 février entre les forces spéciales et le chef d’Etat-Major des armées en Côte d’Ivoire accompagné de deux officiers supérieurs de l’armée ivoirienne, le calme est revenu dans la ville avec le retour des mutins en caserne en fin d’après-midi. Dans cette nouvelle mutinerie, le commandant des Forces spéciales, le Général Doumbia Lassina s’est retrouvé sous le feu des projecteurs hier, accusés par certains médias d’être en partie responsable de la protestation militaire qui a eu lieu hier mardi à Adiaké. De quoi l’accuse-t-on réellement et qu’en est-il ?

Le Général Doumbia Lassina dans le box des accusés

Le commandant des forces spéciales, le général Lassina Doumbia était accusé par certains médias d’avoir détourné à plusieurs reprises, les primes de ses soldats et d’avoir aussi réduit la paie de ces derniers. Selon certaines sources qui restent jusque-là inconnues, le commandant des forces spéciales avait réduit de 7000 francs Cfa la prime journalière accordée à ses hommes pour la sécurisation des frontières. La prime en question s’élèverait à 8000 francs Cfa par jour alors que le général Doumbia Lassina ne verserait que 1000 francs Cfa aux soldats sous son commandement. Toujours selon certains médias de la place, le commandant des forces spéciales ne verserait à ces derniers que 1/5 de leur salaire qui serait de 250.000 francs Cfa par mois. Ces derniers ne percevraient que 50.000 francs Cfa sur les 250.000 frs qu’ils devraient touchés. La colère des hommes de Lassina viendrait du fait que ces derniers auraient découvert les magouilles de leur supérieur et par conséquent décidé de revendiquer par la voix des armes pour exiger l’intégralité de leur primes et de leur paie. A en croire certains médias, cette affaire serait l’origine de la mutinerie des soldats des forces spéciales ivoiriennes hier mardi. Le général Lassina Doumbia a-t-il réellement détourné l’argent des mutins comme l’ont révélé certains journaux ?

Les hommes de Lassina Doumbia veulent aussi leur part du gâteau

En réalité, les soldats des forces spéciales qui étaient restées à l’écart des protestations militaires, sont entrés en mutinerie pour réclamer leur part du gâteau. En réponse au mouvement d’humeur des soldats de Bouaké, le gouvernement avait versé une prime de 12 millions de Francs Cfa à 8500 militaires. Les hommes de Lassina Doumbia réclament eux aussi leur part. En un mot, toutes ces accusations qui pèsent sur le commandant de l’unité spéciale ne sont guère fondées, car l’objet des contestations de ses hommes est uniquement lié à l’affaire des 12 millions de francs Cfa que plusieurs militaires de l’armée ivoirienne ont déjà reçus.

3,215 total views, 8 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !