in

Hamon, Mélenchon: l’impossible association

A près d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle on assiste à des alliances peu probable. Hamon, Mélenchon, il y a peu on ne pouvait pas le croire mais ce Jeudi, l’invité de l’émission politique de France 2 en la personne de Mélenchon a laissé penser que l’alliance est possible.

De ce qu’on a pu entendre de Mélenchon en semaine, il était improbable de s’unir à Benoît Hamon mais à revoir certains points ou certaines idées, il pourrait y avoir association. Les deux hommes n’ont pas non plus le même rapport à l’autorité. Quand Jean-Luc Mélenchon dit « NOUS », on entend plutôt « JE » et sa pratique rude du débat politique est à cent lieues de l’esprit coopératif, ambiance coworking de Benoît Hamon.
Du même sujet :
>Hamon: Après le revenu universel, quelle promesse de campagne ?

Les deux hommes n’ont pas, non plus, les mêmes jugements sur certains régimes autoritaires à travers la planète. Mais, comme on dit, s’agissant de l’exigence d’unité, ce qui rassemble Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, est quand même, aujourd’hui, plus important que ce qui les sépare.

Possible collaboration?

On se demande encore parce que les données pourraient changer d’ici le premier tour, ce qu’on observe cependant c’est que les candidats n’excluent pas totalement l’idée de rapprochement quitte à faire des ajustements sur des points de programme. Quand d’un côté on attribue à Mélenchon des idées semblable au Front National on voit tout de suite que de l’autre côté Benoît Hamon est très loin de l’idéologie du Front National.
Peut-être, au fond, ce ne serait pas nouveau pour ce segment-là de la gauche, peut-être préfèrent-t-ils rester des stars de la protestation et n’ont, tout simplement, pas envie du pouvoir, et des responsabilités qui vont avec comme l’affirme certains sites.Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon trouveraient à s’entendre pour que l’un d’entre-deux se retire après un accord programmatique. Parce qu’en ces temps d’insoupçonnables bouleversements, la gauche de la gauche, avec un seul candidat, pourrait très bien gagner cette élection présidentielle.

Les préjugés disparus?

C’est un Jean-Luc Mélenchon transformé qui était sur le plateau de France 2, au départ il est resté cantonné sur ses positions mais pour finir il a quand même émis une possible alliance si certains points étaient revu de part et d’autre . Benoît Hamon reste perplexe mais n’exclut pas la possibilité de se mettre ensemble pour partager les idées, et pourquoi pas faire un pour gagner les élections.
Jean-Luc Mélenchon n’exclut pas de parler avec Benoît Hamon tout en précisant lors de son passage sur France 2: »J’ai 65 ans, vous croyez que je commence une carrière de candidat ? Ce n’est pas mon sujet. Mon sujet, c’est le triomphe d’un ordre d’idées et d’une capacité à rassembler. Je ne veux pas dilapider ça », a-t-il ajouté. « Je dois convaincre, je suis obligé de le faire. Eh bien, lui aussi, il doit en faire autant, M. Benoît Hamon. Surtout que la liste des soutiens à Hamon n’est pas exhaustive et on ne voit plus Montebourg ou Valls depuis l’élection au primaire socialiste.
Voilà qui est clair sur les réelles intentions et pourquoi pas une possible association entre les deux. La rencontre du Dimanche ou du Lundi nous en dira plus sur la suite de cette possible association Mélenchon et Hamon. D’ici là seuls les citoyens ont le dernier mot, parcequ’il n’est pas question de ‘’starmania’’ mais d’idées fortes pour relever la France et c’est le défi du futur locataire de l’Elysée.
>

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Hamon: Après le revenu universel, quelle promesse de campagne pour remonter dans les sondages

Marine le Pen: des affaires à répétition peuvent-elle faire tomber les sondages ?