Soutiens de Macron au PS : Delanoe, Attali, Caresche… jusqu’où ira le ralliement ?

Macron fédère de plus en plus de soutiens autour de sa candidature au sein du PS, son ancienne famille politique. Après Attali, Caresche ou encore Castaner, c’est autour de l’ancien maire socialiste Bertrand Delanoë de rejoindre le camp du mouvement En Marche, raison de plus pour se demander jusqu’où ira le ralliement du parti socialiste, en l’occurrence l’aile droite ?

La liste des soutiens de Macron au PS s’élargira probablement encore le vendredi 10 mars, à en juger par le texte de ralliement de l’aile droite du parti socialiste paru ce jeudi dans les colonnes du Figaro. Si le candidat du mouvement En Marche compte déjà plusieurs élus de gauche dans son camp, ce sont désormais les poids lourds du parti socialiste qui font les yeux doux à l’ancien ministre de l’économie. Après Gérard Collomb (sénateur-maire du parti socialiste), Christophe Caresche (député PS à Paris), c’est désormais au tour de Jacques Attali (ex-conseiller de Mitterrand) et Bertrand Delanoë, ancien maire de Paris d’officialiser leur soutien à Emmanuel Macron pour la présidentielle d’avril 2017. Benoît Hamon, candidat officiel du PS aura visiblement du mal à fédérer une union autour de sa candidature, d’autant plus que l’aile droite du parti socialiste, dirigée par le député Christophe Caresche s’apprête à rejoindre le navire Macron. Avec en poche plusieurs élus de gauche, le candidat du mouvement En Marche prend une bonne longueur d’avance sur ses concurrents dans la course à l’Elysée.

Des ralliements qui pourraient faire voler le PS en éclats

Le soutien de l’aile droite du PS est certes une aubaine pour Macron dans la course à l’Elysée mais le parti socialiste risque gros dans cette affaire. Dans le fragment du texte de ralliement paru ce jeudi, l’aile droite de la gauche souligne que le parti socialiste est aujourd’hui divisé ‘‘en trois avec Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et une gauche « de gouvernement »’’. Avec l’alliance que s’apprête à tisser les élus frondeurs du PS avec le candidat Macron, il y’a de fortes chances de voir la famille socialiste voler en éclat. A cet effet, Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti Socialiste, a clairement menacé d’exclure du PS tous les élus qui apporteraient leur soutien au candidat du mouvement en Marche, au détriment du candidat officiel à la présidentielle 2017 qui n’est autre que Benoît Hamon.

Des soutiens qui aussi coûter chers à Macron ?

Avec le ralliement des élus de gauche et maintenant celui de l’aile droite du PS, l’on pourrait croire que Macron ne pourrait tirer que des avantages de cette situation. Pourtant, ces soutiens, aussi nombreux soient-ils, pourraient produire l’effet inverse, en d’autres termes faire baisser la côte de popularité du candidat du Mouvement En Marche. Faut-il rappeler que ces frondeurs de gauche qui siègent encore pour la plupart au sein du gouvernement, ont été sévèrement critiqués pour leurs échecs durant le quinquennat de François Hollande. Les français qui souhaitent tourner la page avec le PS après l’échec d’Hollande pourraient très bien avoir quelques défiances à l’égard de la candidature de l’ancien ministre de l’économie, par peur de reconduire encore pour cinq années la même politique qui n’a pas eu les effets escomptés.

3,236 total views, 12 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !