Mort de l’étudiant Akessi Daniel à Bouaké : voici ce qui s’est passé

Les étudiants de Bouaké ne comptent pas en rester là après l’assassinat d’Akessi Daniel, l’un des leurs dans l’après-midi du mercredi 08 mars. Après avoir organisé une grande manifestation pour dénoncer cette barbarie, les syndicats estudiantins demandent désormais aux autorités ivoiriennes d’ouvrir une enquête.

La ville de Bouaké, symbole de contestation et de protestation depuis le mois de janvier, a été secouée par de nouvelles manifestations hier mercredi suite à la mort d’un étudiant. Le dénommé Akessi Daniel, inscrit en troisième année de comptabilité au CBCG de Bouaké, a été agressé dans l’après-midi du 08 mars avant d’être lâchement assassiné par ses bourreaux qui étaient au nombre de deux selon les témoignages que nous avons reçus. C’est aux alentours de 13h que l’étudiant Akessi Daniel croise le chemin de deux malfaiteurs au niveau du carrefour baptisé ‘‘deux botchos’’ dans le quartier d’Ahouniassou. Les deux braqueurs ont dans un premier temps dépouillé la victime de ses objets personnels, en l’occurrence les téléphones portables qu’il avait en sa possession. Et comme s’ils n’étaient pas satisfaits de leur acte, les deux agresseurs ont ensuite poignardé le jeune étudiant avant de s’envoler dans la nature, et tout cela en plein jour. Akessi Daniel sera transporté d’urgence au CHU de Bouaké où il rendra malheureusement son dernier soupir malgré les efforts de la médecine. Choqués par cette triste nouvelle, les étudiants n’ont pas mis du temps à réagir.

Colère des étudiants contre la mort de leur camarade

Il n’aura fallu que quelques minutes aux milliers d’étudiants des grandes écoles et de l’université publique pour descendre dans les rues pour manifester contre l’agression et l’assassinat de leur condisciple Akessi Daniel : « nous en avons marre de ces agressions, il faut que les autorités ivoiriennes prennent les mesures nécessaires pour notre sécurité, car n’est pas la première fois qu’un étudiant se fait agresser ici (à Bouaké, ndlr). Trop c’est trop ! », explique un des manifestants joint par notre correspondant sur place.
La mort d’Akessi Daniel est le signe de la grande insécurité qui règne dans certains quartiers de Bouaké, la seconde grande ville du pays. Pour l’heure, nous ne disposons d’aucune information sur les responsables de cette barbarie mais le mode opératoire porte à croire que cet assassinat pourrait être l’œuvre des microbes, un groupe de délinquants qui fait la loi en Côte d’Ivoire. Pour que lumière soit faite sur la mort injuste de l’étudiant Akessi Daniel, un syndicat estudiantin est monté au créneau pour demander l’ouverture d’une enquête : « Le CEECI exige une enquête pour arrêter les auteurs, les complices et les ordonnateurs de ce crapuleux meurtre; Exige au gouvernement ivoirien la prise en charge complète des obsèques et enfin le renforcement de la sécurité dans la ville de Bouaké Rechercher Bouaké. », lance le camarade Traoré Karamoko dit TK, selon une information transmise par Koaci.

4,216 total views, 18 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !