Emmanuel Macron président : sa politique étrangère au Moyen-Orient

Le candidat du Mouvement En marche a remporté l’élection présidentielle française comme l’avaient prédit plusieurs sondages avant le jour du vote. L’une de ses priorités, redorer l’image de la France sur la scène internationale, particulièrement au Moyen Orient où les relations en la France et certains pays comme la Syrie sont plutôt tendues.

Elu à l’issue du second tour des élections présidentielles 2017,  Emmanuel Emmanuel, le nouveau président de la République, entend donner un nouveau ton à la politique étrangère de la France vis-à-vis du Moyen-Orient. Le nouveau locataire de l’Elysée s’est engagé durant son quinquennat à redorer l’image de son pays sur le plan extérieur. Les relations diplomatiques entre la France et le moyen Orient se sont considérablement dégradées au cours de ces dernières années. Sur le dossier syrien, l’Hexagone et la Russie, soutien indéfectible du régime Assad, comptent de nombreux désaccords. Si pour la France et les Etats-Unis la solution à crise syrienne réside dans un départ de Bachar Al Assad, la Russie, soutenu par son allié chinois, pense le contrairement. Face à cette impasse qui dure depuis des années, le président Emmanuel Macron compte « trouver des formules efficaces de rassemblement qui permettent le retour à la paix civile. », avait-il indiqué lors d’un déplacement au Liban en janvier dernier pendant la campagne. Maintenant qu’il a été élu chef de l’Etat en succession à François Hollande, on peut se demander quel sera concrètement la politique étrangère de Macron avec les pays du moyen Orient ?

Macron et sa vision de la politique étrangère en Syrie

Contrairement à son prédécesseur, le nouveau président Emmanuel Macron souhaite inclure Bachar Al Assad dans les discussions sur le dossier syrien. Un point de vue qui diverge également de celui des Etats-Unis, principal allié de la France sur le dossier syrien. Mais, quand bien même le président Macron opterait pour l’inclusion du président syrien dans les négociations, il reste tout de même quant au statut de Bachar Al Assad qui n’est autre qu’un dictateur. Tout comme la Russie, le nouveau locataire se dit aussi favorable à un schéma de négociation 5+1. Reste à savoir si les Etats-Unis qui partagent la même position que la France sur le dossier, à savoir le départ de Bachar Al Assad suivront la perspective française. Pour Macron, la résolution de la crise syrienne passe par l’extermination de l’EI en Syrie. Et comme il l’a lui-même clairement expliqué au cours d’une interview pendant son déplacement au Liban, il souhaite « renouer avec une politique française gaullo-mitterrandienne, celle qui avait par exemple conduit Jacques Chirac à refuser de participer à la guerre en Irak. ».

Position du nouveau président sur les tensions entre l’Iran et l’Arabie Saoudite

Durant son quinquennat, Emmanuel Macron entend donner une nouvelle orientation aux relations de la France avec l’Arabie Saoudite et l’Iran, les deux grandes puissances du moyen Orient. Pour le nouveau locataire de l’Elysée, pas question de prendre parti pour l’un ou l’autre. Mais rester neutre dans ces tensions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran sera un peu difficile, quand on sait que la France à de grands intérêts au Royaume d’Arabie.

1,038 total views, 12 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !