Souveraineté du Franc CFA : ‘‘la France ne tire aucun avantage de cette affaire’’

Souveraineté du Franc CFA : ‘‘la France ne tire aucun avantage de cette affaire’’

La souveraineté monétaire des pays membres du Franc CFA alimente de plus en plus les débats en Afrique subsaharienne comme en France. Quelques dirigeants de l’Hexagone sont sortis du silence en donnant leur avis sur l’avenir de cette monnaie commune à 16 pays africains.

Le débat sur la souveraineté du Franc CFA a refait surface ces derniers mois sous l’impulsion d’un mouvement hostile à la monnaie unique lancé par des intellectuels sénégalais. Créé en 1945 au lendemain de la seconde guerre mondiale, cette monnaie unique lie aujourd’hui 16 pays africains, la majorité des Etats membres étant des anciennes colonies françaises. Les débats sur l’avenir du Franc CFA ont toujours été un sujet tabou pour la majorité des dirigeants dont les pays sont liés à la monnaie comme. Mais de nombreux intellectuels africains se sont insurgés contre le mode de fonctionnement, y voyant encore les traits de la servitude coloniale, et cela malgré la proclamation de l’indépendance des pays africains dans les années 1960 pour la plupart. La résurgence du débat sur la souveraineté du CFA en 2017 a poussé certains dirigeants français à sortir de leur tanière. En plus du président François Hollande qui s’est exprimé sur le sujet, deux des 11 candidats en lice pour l’élection présidentielle française ont aussi exprimé leur opinion sur la question de la souveraineté encore contestée du Franc CFA.

Les positions en France sur l’avenir du Franc Cfa

François Hollande n’a à première vue soulever aucune objection à l’idée de discuter avec les pays africain sur l’avenir du franc Cfa. Le 21 mars dernier, le président français a fait savoir qu’il était « ouvert à toutes les propositions que les Etats membres de la zone pourraient formuler à cette occasion ». Dans son discours, François Hollande a mis un point d’honneur a souligné plus ou moins le rôle de la France sur ce dossier, un rôle qui consisterait à accompagner semble-t-il les pays africains membres du franc Cfa dans la décision qui sera prise par les dirigeants africains. A en juger par les déclarations du président français, il reviendrait donc exclusivement aux dirigeants africains de manifester leur volonté de revoir les accords qui lient la France et les pays membres de la monnaie, et non l’inverse.
Invité par RFI pour évoquer la politique étrangère menée par la France, François Fillon s’est aussi exprimé sur la question de la souveraineté du CFA. Interrogé par Christophe Boisbouvier sur la très controversée question de  « la parité fixe entre l’euro et le CFA », le candidat à l’élection présidentiel s’est  aligné sur la position défendue par Hollande en affirmant qu’il était « ouvert à des discussions avec les africains sur ce sujet. ». Pour lui, la souveraineté du Franc cfa est une « question qui doit être traitée par les africains ». Et dans son discours, François Fillon a aussi expliqué que « La France ne tire aucun avantage de cette affaire du CFA », un point de vue qui prend le contre-pieds de la position défendue par de nombreux intellectuels africains pour qui la France asphyxie l’économie des pays membres de la monnaie unique avec « la parité fixe entre l’euro et le CFA ».
Quant à Marine Le Pen, elle se dit largement favorable au retrait des pays africains du Franc Cfa.

424 total views, 10 views today


  

 
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !