Grossesse en milieu scolaire en Côte d’Ivoire : 4471 cas déjà enregistrés pour l’année 2016 – 2017

Grossesse en milieu scolaire en Côte d’Ivoire

Il y’a urgence à agir en Côte d’Ivoire face aux cas de grossesse en milieu scolaire. Selon les chiffres du ministère de l’éducation nationale, 4471 élèves filles sont tombées enceinte depuis le début de la rentrée 2016 – 2017 en septembre dernier.

Le ministère de l’éducation nationale doit faire de la lutte contre les grossesses en milieu scolaire une de ses priorités dans les années à venir pour sauver le système éducatif ivoirien. A en croire les statistiques d’une étude effectuée par la DSPS (Direction des stratégies, de la planification et des statistiques), 4471 cas de grossesse ont été déjà enregistrés au titre de l’année scolaire 2016 – 2017. Comparé aux statistiques de l’année 2015 – 2016 durant laquelle 4054 cas avaient seulement été recensés, 417 élèves filles de plus sont tombées enceintes en pleine année scolaire. Sur les 4471 cas de grossesse recensés par la Direction des stratégies, de la planification et des statistiques du ministère de l’éducation nationale, 2398 filles ont l’âge compris entre 15 et 18 ans. La DSPS indique également dans son rapport que 1153 filles tombées enceintes cette année ont l’âge compris entre 9 et 14 ans. La majorité des élèves se situant dans cette tranche d’âge sont pour la plupart des filles de l’école primaire et tout au plus des élèves du premier cycle de l’enseignement secondaire général en Côte d’Ivoire (de la 6ème à la 3ème). Quant au reste des 4471 filles, à savoir 920 élèves tombées enceintes en milieu scolaire cette année, ce sont des filles âgées d’au moins 19 ans. Devant la hausse du nombre de grossesse contractées en plein milieu scolaire, il y’a donc urgence à agir.

Quelles solutions face au problème des grossesses en milieu scolaire ?

Plusieurs actions avaient été mises en place par le ministère de l’éducation nationale pour faire face au fléau des grossesses en milieu scolaire, des mesures allant à de nouvelles restrictions sur les tenues portées par les filles au renvoi. Mais les mesures prises par le ministère de l’éducation nationale n’ont pas réussi à réduire le taux de grossesse en milieu scolaire. Le gouvernement ivoirien gagnerait à mieux s’impliquer dans cette lutte, en intensifiant les actions déjà mises en place, puis en instituant de nouvelles mesures encore plus dissuasives. Mais ce combat ne saurait être gagné par les seules actions menées par le ministère de l’éducation nationale en Côte d’Ivoire, les parents d’élèves devraient également s’impliquer d’avantage. Dans bien des cas, les enfants sont livrés à eux-mêmes car la communication parent enfant à la maison est au point mort ou carrément inexistante. Sans suivi parental, les élèves subissent quotidiennement l’influence des groupes d’amis auxquels ils appartiennent. Conséquence du manque d’encadrement des élèves à la maison, ils reviennent le plus souvent à la maison avec une grossesse. Et afin de mieux suivre les performances de l’enfant à l’école, il est important en tant que parent de passer régulièrement dans l’établissement de son enfant pour s’informer auprès des éducateurs.

220 total views, 6 views today


  

 
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !