Lutte contre le paludisme en Côte d’Ivoire : les soins désormais gratuits

Nouveau tournant dans la lutte contre la malaria en Côte d’Ivoire. Désormais, les soins pour le traitement du paludisme simple seront entièrement gratuits pour tous les patients sans exception, une information révélée hier par le Dr Antoine Tanoh Méa, le directeur-coordonnateur chargé de la lutte contre la maladie.

Bonne nouvelle dans la lutte contre la malaria en Côte d’Ivoire, le gouvernement ivoirien offre désormais la gratuité des soins à tous les malades : « La prise en charge du paludisme simple est gratuite pour toutes les tranches d’âge, dans les structures sanitaires publiques en Côte d’Ivoire. Il n’est pas question de faire payer quoi que ce soit aux patients.», a annoncé hier le Dr Antoine Tanoh Méa, le directeur-coordonnateur du PNLP, à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animé à Cocody. Durant son intervention, le Dr Antoine Tanoh a également apporté quelques précisions concernant cette mesure de gratuité des soins du paludisme : « Le test de diagnostic rapide (Tdr) et les comprimés, en dehors des injections ou autres, sont gratuits. », a-t-il poursuivi. La prise en charge des malades de la malaria en Côte d’Ivoire intervient quelques jours avant la célébration de la 10ème journée mondiale de lutte contre la maladie, une journée placée en 2017 sous le thème « En finir pour de bon avec le paludisme ». Et sur le plan de l’éradication de la maladie, les autorités ivoiriennes ont réalisé d’énormes progrès ces dernières années.

La Côte d’Ivoire, un exemple dans la lutte contre le paludisme

Considéré comme la première cause de mortalité en Côte d’Ivoire, le nombre de décès lié au paludisme a considérablement chuté ces dernières années. De 4077 décès enregistrés au cours de l’année 2014, les autorités sanitaires ivoiriennes ont enregistré en 3075 cas de décès dus à la malaria en 2016. Le taux de prévalence du paludisme qui était de de 50,17% en 2011 s’est rétracté pour s’établir à 33% en 2015. Ces résultats satisfaisants ont été obtenus grâce aux efforts menés dans les campagnes de sensibilisation dans les zones rurales qui restent les plus affectées par la maladie en Côte d’Ivoire. Les campagnes de distribution gratuite des moustiquaires imprégnées ont également été d’un grand atout dans la lutte contre la malaria, mais le combat est loin d’être encore gagné, aussi bien en Côte d’Ivoire que sur le plan mondial.

Toujours en attente du vaccin contre le paludisme

A ce jour, aucun vaccin n’a encore été trouvé pour la prévention du paludisme. Mais les chercheurs restent plutôt optimistes car des avancées considérables ont été réalisées dans la recherche de vaccin contre la malaria. Récemment en Allemagne et au Mali, des essais cliniques ont été effectué sur plusieurs individus, des expériences dont les premiers résultats ont été jugés encourageants. Si ce vaccin voit le jour, l’OMS pourrait sauver de la mort quelques 400.000 personnes à travers le monde qui meurent chaque année à cause paludisme.

162 total views, 6 views today


  

 
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !