Agrobusiness Côte d’Ivoire: Christophe Yapi prépare un arrangement avec la justice ivoirienne

Un arrangement possible entre Christophe Yapi et la justice Ivoirienne
Un arrangement possible entre Christophe Yapi et la justice Ivoirienne

Le dossier agrobusiness refait à nouveau surface en Côte d’Ivoire avec de nouvelles révélations faisant état d’un possible arrangement à l’amiable que tenterait de négocier Christophe Yapi avec la justice ivoirienne. Sur quoi porte précisément cet accord secret entre les deux parties ?

L’épineux dossier agrobusiness fait de nouveau la une de l’actualité en Côte d’Ivoire suite à de récentes révélations sur un éventuel accord entre Christophe Yapi et la justice ivoirienne. Sous le coup d’un mandat d’arrêt depuis le mois de février, le patron de la structure MonHévéa.Com serait sur le point de conclure arrangement avec l’Etat ivoirien, lui qui a été ouvertement accusé d’avoir détourné des milliards de francs Cfa dans l’affaire Agrobusiness. L’information portant sur l’accord entre Christophe Yapi et la justice ivoirienne vient d’être révélée il y’a quelques instants par nos confrères de Koaci. D’après le quotidien en ligne ivoirien, le cabinet chargé d’assurer la défense du PDG de MonHévéa.com aurait fait parvenir quelques propositions au doyen des juges d’Instruction du district d’Abidjan, des propositions qui seraient présentement examinées de près par la justice ivoirienne. Si rien n’a encore filtré de cet arrangement à l’amiable que négocient les deux parties, tout semble indiquer que Mr Christophe Yapi souhaiterait, à travers cette proposition, honorer l’engagement pris à l’égard des milliers de personnes qui ont souscrit auprès de sa structure agrobusiness. Selon les termes de cette proposition transmise par ses avocats à la justice ivoirienne, le PDG de la société MonHevea.Com envisage de participer à l’opération de remboursement initiée par le gouvernement ivoirien en versant à ses souscripteurs les capitaux investis par ces derniers et aussi les RSI (Retour Sur Investissement) générés par leurs investissements.

Christophe Yapi, un acteur que l’on aurait dû associer dès le départ ?

Après avoir révélé le réseau de blanchiment et de corruption organisé sous couvert des activités agrobusiness en Côte d’Ivoire, l’Etat a ivoirien avait pris la décision de fermer toutes les structures opérant dans ce domaine. Ainsi, le gouvernement a ordonné le gel des comptes des différentes sociétés agrobusiness, une décision qui avait suscité la colère des souscripteurs qui ont manifesté à plusieurs reprises fin janvier et courant février. Après avoir mis aux arrêts quelques responsables de sociétés agrobusiness, les autorités ivoiriennes ont mis en place une procédure de remboursement des souscripteurs sur la base des soldes disponibles dans les différents comptes gelés. Les souscripteurs ont une nouvelle fois protesté contre cette mesure, accusant l’Etat de vouloir s’ingérer dans une activité tout à fait légale. Après une période tumultueuse, le remboursement des souscripteurs a enfin démarré, dans un climat de tension convient-il de le rappeler. Pour certains souscripteurs, l’Etat aurait dû associer les responsables des structures agrobusiness à cette opération de remboursement, pour garantir un retour du capital à 100%. Problème, les PDG de sociétés opérant dans ce domaine ont tous pris la fuite, à l’image de Christophe Yapi qui est sous le coup d’un mandat d’arrêt. Ne reste plus qu’à savoir si cette main tendue du PDG de MonHevea.Com sera acceptée par la justice ivoirienne.

437 total views, 2 views today


  

 
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !