Mutinerie en Côte d’Ivoire: le bilan s’alourdit, 4 morts et 9 blessés

Après la fin des mutineries en Côte d’Ivoire, l’heure est aux bilans. D’après un communiqué du gouvernement dévoilé ce mercredi, la seconde contestation militaire au pays a fait 4 morts et 9 blessés. L’estimation financière des dégâts matériels liés au mouvement d’humeur des mutins devrait être bientôt connue.

La seconde mutinerie qui a frappé la Côte d’Ivoire en 2017 n’a pas été sans conséquences. A l’issue du traditionnel conseil des ministres qui s’est tenu ce mercredi en présence du chef de l’Etat, le gouvernement ivoirien a dressé un état des lieux des dégâts engendrés lors de la contestation militaire. A en croire le porte-parole du gouvernement, les pertes en vies humaines semblent plus élevées qu’on ne le croyait au départ. Le dernier bilan de la mutinerie fait état de 4 morts et 9 blessés, a annoncé Bruno Nabagné Koné après le conseil des ministres. Toutefois, l’identité des victimes (civil ou militaire) n’a pas été précisée et le nombre de blessés annoncés par le gouvernement soulève un peu la polémique. Selon de nombreux quotidiens ivoiriens, des dizaines de personnes auraient été molestées par les mutins, en l’occurrence dans la ville de Bouaké où plusieurs partisans du parti d’Alassane Ouattara ont été pris à partie par les soldats mutinés. Donc, le nombre de blessés serait beaucoup important que les chiffres annoncés par le gouvernement ivoirien. En ce qui concerne le bilan matériel un rapport des dégâts sera établi dans chacune des régions touchées par la mutinerie afin de donner une estimation globale.

A combien pourrait se chiffrer le bilan matériel de la mutinerie ?

Pour l’heure, il est difficile d’établir avec quelques précisions près l’étendue des dégâts matériels mais le préjudice financier de la mutinerie devrait facilement se chiffrer à plusieurs dizaines de millions de francs Cfa. En dépit du fait d’avoir terrorisé la population ivoirienne et les résidents étrangers vivant en Côte d’Ivoire, les mutins, du moins pour la plupart, se sont abstenu de s’adonner à des actes de vandalisme, de pillage et d’agression des citoyens. Pour des raisons de sécurité, plusieurs magasins à Abidjan et dans les villes de l’intérieur sont restés fermés pendant la grogne militaire. Les établissements financiers (banques et compagnies d’assurances) ont adopté la même ligne de conduite, ce qui pourrait limiter l’étendue des dégâts matériels. Rappelons qu’au plus fort des événements, des rumeurs avaient annoncé que la BCEAO de Bouaké avait été à nouveau attaquée, ce qui n’en est rien après vérification. Mais le véritable bilan matériel de la mutinerie, ce sont des milliards de francs Cfa perdus par l’Etat ivoirien pendant chaque journée de contestation. Notons que les prévisions de croissance pour 2017 ont été revues à la baisse et les dépense de l’Etat réduites de plus de 50 milliards de francs Cfa. La Côte d’Ivoire a plus que jamais besoin de stabilité et de paix pour atteindre son objectif qui est de figurer à l’horizon 2020 parmi les Nations émergentes.

881 total views, 12 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !