Port-Bouët : 3 personnes emportées par la mer lors d’un rituel

Un rituel qui se déroulait en bordure de mer a viré au désastre dans la commune de Port-Bouët, causant la mort de quatre personnes selon un dernier bilan. Alors qu’ils étaient sur le point d’immoler un bélier en guise d’un sacrifice, 3 personnes ont été violemment emportées par les eaux, avant que leurs corps sans vie ne soient retrouvés le jour suivant.

Dans la commune de Port-Bouët, un sacrifice qui devait être une simple formalité s’est soudainement transformé en tragédie à Petit-Bassam, une station balnéaire souvent fréquentée par la population abidjanaise. Selon le témoignage d’un des sauveteurs de la plage, 5 individus accompagnés d’une prêtresse s’étaient rendus en bordure de mer le 21 juillet dans le but d’accomplir un rituel. La cérémonie qui a démarré aux alentours de 15h s’est résumée en quelques pas de danses et des chants accompagnés de paroles incantatoires. Au moment où les individus s’apprêtaient à immoler la bête de sacrifice pour clore le rituel, ceux-ci ont été emportés de force par la mer avant la fin de leur cérémonie. Sur le champ, Ibrahim Bakayoko, Sanogo Fatim et Sanogo Abdoulaye seront emportées par les eaux sans aucune chance de rejoindre le rivage. Tout comme ses bourreaux, la bête à immoler sera également emportée par la force des vagues. Les corps des trois personnes ne seront retrouvés que le jour suivant le rituel, le samedi 22 juillet, après avoir été rejetés par la mer. Les corps rejetés par la mer ont par la suite été transférés à la Morge de Port-Bouët, en attendant que les parents des défunts se manifestent pour la récupération des dépouilles. La prêtresse qui officiait et dirigeait le sacrifice aura beaucoup plus de chance que les autres. A la suite des trois personnes emportées par les eaux dans la commune de Port-Bouët le 21 juillet dernier, un quatrième individu présent pendant les sacrifices tirera également sa révérence, portant ainsi à 4 le nombre de décès pendant le sacrifice. Alors qu’il avait réussi à s’échapper des eaux vivant, le dénommé Mohamed K. décèdera plus tard malgré les soins reçus à l’hôpital.

Une explication divine à cette tragédie ?

Soucieux de savoir ce que pensaient les ivoiriens de cette tragédie qui survenue il y’a une semaine dans la commune de Port-Bouët, nous avons tenté de recueillir les impressions de quelques habitants de la commune sur ce drame : « Ces sacrifices sont très réguliers ici, ils choisissent de venir les jours où il n’y a pas trop de monde au bord de la mer pour faire leur cérémonie. Moi je pense que ce qui est arrivé à Petit Bassam devait interpeller tout un chacun sur la crainte de Dieu. Ces pratiques sont interdites par Dieu mais ces gens ne comprennent pas. Je pense que ce qui est arrivé servira de leçon aux autres et j’espère vraiment qu’ils vont cesser cela pour se tourner vers Dieu. », a déclaré Kouamé Sébastien, un passant que nous interrogé. Selon un autre passant répondant au nom de Touré Boris, « Tout çà c’est un châtiment de Dieu et un avertissement. Il faut qu’ils donnent leur vie au Seigneur ». Il n’y a plus qu’à espérer que les personnes qui s’adonnent à cette pratique tirent des leçons de cette tragédie survenue à Port-Bouët.

285 total views, 6 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !