Affaire Soro Guillaume et ‘‘Le Quotidien’’: 2 journalistes ivoiriens arrêtés

En Côte d’Ivoire, 2 journalistes viennent d’être à nouveaux interpellés par la brigade de gendarmerie après avoir révélé dans un article que des comptes de Guillaume Soro, le président de l’Assemblée Nationale, avaient été gelés. Mais à en croire le procureur de la République, il ne s’agirait que de pures diffamations montées de toutes pièces, étant donné qu’aucune enquête n’a à ce jour été diligentée contre le président de l’Assemblée Nationale.

Les 2 journalistes ivoiriens mis aux arrêts pour avoir affirmé que des comptes de Guillaume Soro étaient gelés devraient être présentés au procureur de la République ce mardi 1er août, si l’on en croit les informations révélées par le président du Synapp-ci. Dans l’édition du vendredi 28 juillet dernier, le média ivoirien ‘‘Le Quotidien’’ avait affirmé dans l’un de ses articles que des comptes bancaires du président de l’Assemblée Nationale avaient été gelés, sans en fournir véritablement les preuves. Dans la journée du lundi 31 juillet, le Directeur de publication du journal en question, Mr Dan Opeli et Yves Kuyo, probablement l’auteur de l’article à caractère diffamatoire, « ont été convoqués ce matin par la gendarmerie et gardés pour être présentés mardi au procureur de la République », a révélé à l’AFP Guillaume Gbato, le secrétaire du Synapp-Ci (Syndicat des professionnels de la presse en Côte d’Ivoire). Le sort des 2 journalistes arrêtés sera probablement connu dans quelques jours. Mais selon les bruits qui courent, les sanctions pourraient aller d’une amende à une suspension provisoire du journal ‘‘Le Quotidien’’ pour quelques jours. En réaction à ces affirmations sans fondement sur le gel des comptes de Guillaume Soro, le procureur de la République avait qualifié vendredi dernier de ‘‘fausses et mensongères’’ les informations révélées par le journal, précisant « qu’aucune enquête judiciaire n’a été diligentée par le parquet contre le Président de l’Assemblée nationale, et ses comptes bancaires ne font l’objet d’aucune réquisition de gel de la part du procureur de la République».

Le Synapp-Ci dénonce ‘‘une violation inacceptable de la liberté de presse’’

Selon Guillaume Gbato, le secrétaire général du Syndicat des professionnels de la presse de Côte d’Ivoire, l’arrestation des journalistes Dan Opeli et Yves Kuyo par la gendarmerie est une ‘‘une violation inacceptable de la liberté de presse’’. A en juger par ses propos, il s’agirait donc d’une nouvelle tentative de musèlement de la presse ivoirienne, plus particulièrement des journaux opposés au pouvoir en place. Pour cette raison, Guillaume Gbato a donc demandé « la mise en liberté immédiate et sans condition des deux journalistes », arguant qu’on ‘‘peut poursuivre la procédure en les laissant libres’’. Officiellement, le président de l’Assemblée Nationale qui est cité dans cette affaire n’a pour l’instant portée aucune plainte contre les journalistes arrêtés ou le journal ‘‘Le Quotidien’’. En attendant de connaître le sort des deux hommes de presse interpellés, cette affaire remet sur la table l’épineuse question de la réforme de la presse ivoirienne voulue par le gouvernement, une réforme qui faut-il le rappeler avait été vivement dénoncée par les syndicats de la presse en Côte d’Ivoire il y’a quelques mois.

237 total views, 6 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !