in

Cameroun : les obsèques de Mgr Bala retiennent l’attention jusqu’au bout

Le 2 juin dernier, l’on avait découvert dans le fleuve Sanaga le corps sans vie de Monseigneur Jean-Marie Benoit Bala, évêque du diocèse de Sanaga, une petite ville située à 120 Km de Yaoundé. Les conclusions de l’autopsie avance une mort par noyade, cependant une autre version affirme que la thèse de l’assassinat est la plus plausible.

Deux mois après cet évènement, certains évêques ont continué à accuser, réveillant de plus bel la polémique. Jeudi 3 Août, jour de son inhumation, un accident grave se serait produit alors que le cortège funéraire s’ébranlait vers sa dernière demeure.

Ce jeudi 3 Aout, le corps de Mgr Jean-Marie Benoit Bala rejoint la terre de ses ancêtres ou si l’on veut le paradis de son Père céleste après un long épisode de polémique ponctué hier par un accident tragique.

Des funérailles sous haute suspicion

Mercredi 02 août 2017, la cathédrale Notre-Dame des Victoires de Yaoundé a organisé une messe consécutive à la mise en bière de Mgr Bala, décédé dans des circonstances troubles le 2 juin dernier. Monseigneur Joseph Akonga Essomba a prononcé une vibrante homélie dans laquelle il n’a pas hésité à étriller une nouvelle fois la thèse du suicide que privilégient les autorités judiciaires du Cameroun. Il a rappelé que l’homme de Dieu était excellent nageur et conclut « Jean ne pouvait pas se noyer ». Ensuite il se fera plus incisif en affirmant : « Je suis obligé de poser la question suivante : Qui tue les prêtres dans ce pays ? ». Toutes ces suspicions ne trouveront peut-être jamais de réponses.

Un accident mortel frappe le cortège

Dans l’après-midi de ce même mercredi, un peu plus tôt un accident avait frappé le cortège menant Mgr Jean-Marie Benoit Balla à sa dernière demeure. Ce nouveau drame vient de s’ajouter au long épisode de la mort ou du meurtre de l’homme de Dieu. Après la levée du corps et la messe de requiem dans la matinée, le cortège funéraire s’en allait pour la ville de Bafia quand un accident mortel s’est produit à Efok près d’Obola. Un motard du nom de Bouba Gauthier, adjudant à la Brigade Routière du Secrétariat d’Etat à la Défense a perdu la vie. En effet, sa moto est rentrée en collusion avec un véhicule dans lequel se trouvaient cinq personnes selon la version proposée par le site internet Cameroun-info.net. Evacué à l’hôpital de Yaoundé, l’homme succombera à ses blessures tard dans la nuit.

Hasard ou curieuse coïncidence

Dans les cérémonies funéraires en Afrique quand un tel malheur se produit pendant la levée de corps ou toute activité liée aux obsèques, l’on dit que le mort n’est pas content du sort que les humains lui ont réservé. Dans la plus part des cas, la bière malmène ceux qui la portent, cogne et souvent choisit son meurtrier. Mais dans d’autres cas comme celui des accidents on soutient que le défunt est en colère. Devrait-on y voir la manifestation de la colère du Mgr Bala. La question n’est que pure bavardage tant qu’elle restera de l’ordre de la croyance populaire.
Mgr Jean-Marie Benoit a été inhumé ce jeudi 3 juin 2017. Cette inhumation devrait clore le chapitre des polémiques qui sont nées à la suite de sa mort. Cependant les conclusions que l’on dit bâclées de l’enquête remettre en question le travail de la police criminelle au Cameroun voire en Afrique.

Merci de donner une note

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Transfère Neymar : le joueur choisit le PSG, mais le bras de fer se poursuit avec la Liga

Gabon: pays d’Afrique centrale