Michel Gbagbo va porter plainte contre Franklin Nyamsi, laudateur de Guillaume Soro

Alors qu’il se trouve actuellement dans le collimateur de la justice ivoirienne, Michel Gbagbo envisage de déposer une plainte contre Franklin Nyamsi, un des plus grands admirateurs de Guillaume Soro. Dans un communiqué de presse rendu ce lundi, le fils de l’ex-chef d’Etat ivoirien s’est exprimé sur les raisons de cette poursuite judiciaire contre l’éminent professeur camerounais agrégé de philosophie.

Michel Gbagbo a annoncé ce lundi qu’il intentera des actions en justice contre Franklin Nyamsi, un des laudateurs de Guillaume Soro. A en croire le fils de l’ancien président ivoirien, l’éminent professeur camerounais aurait à diverses reprises formulé des élucubrations à l’encontre de son père, l’ex-président Laurent Gbagbo. Dans un communiqué de presse dévoilé ce lundi, Michel Gbagbo a fait savoir que Franklin Nyamsi avait aussi directement qualifié de ‘‘père des escadrons de la mort’’ l’ancien chef d’Etat ivoirien, des accusations que le fils n’est pas prêt de laisser passer. Pour l’heure, aucune information n’a été donnée par le fils de Gbagbo en ce qui concerne la juridiction qu’il saisira pour cette affaire, lui qui comme de nombreux partisans de l’ancien président, remettent régulièrement en cause la partialité de la justice ivoirienne. Mais le laudateur de Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale en Côte d’Ivoire devrait être très bientôt convoqué pour une plainte du fils de Laurent Gbagbo.

Michel Gbagbo explique les raisons de sa plainte

« Un laudateur de Monsieur Guillaume Soro, un certain Franklin Nyamsi a, à l’occasion de tweets, indiqué que le « père des escadrons de la mort » serait mon père, le Président Laurent Gbagbo. Dans sa diarrhée verbale, le dénommé Nyamsi a aussi soutenu d’autres élucubrations. Je tiens à rappeler à Monsieur Nyamsi que contrairement à son maître, mon père n’est pas arrivé en politique à la tête d’une rébellion ayant endeuillé les Ivoiriens. Le combat politique de mon père s’est toujours inscrit dans une lutte idéologique et démocratique. Le Président Laurent Gbagbo est le père incontesté et incontestable du multipartisme en Côte d’Ivoire. Je rappelle que par le passé, la justice française a condamné des journalistes ayant tenu des propos diffamatoires relatifs aux prétendus « escadrons de la mort » imputés à tort au Président Laurent Gbagbo. Je me réserve donc le droit de déposer plainte. Je rappelle enfin que la nécessaire réconciliation en Côte d’Ivoire n’octroie pas le droit de travestir la réalité de ce pays et/ou d’en occulter les principaux problèmes. Le nombre massif d’Ivoiriens vivant dans des camps de réfugiés dans toute la sous-région, ces Ivoiriens qui grossissent le nombre de migrants tentant au risque de leur vie la traversée de la Méditerranée ne peuvent être camouflés de manière ridicule, pathétique et déconnectée de la réalité, par des propos laudatifs à l’égard de Monsieur Guillaume Soro. ».
En décembre 2015, une juge française avait délivré un mandat d’amener contre le président de l’Assemblée Nationale après une plainte de Michel Gbagbo. Mais les avocats de Guillaume Soro ont fait jouer la carte de l’immunité diplomatique, ce qui a mis fin aux poursuites. Son laudateur risque d’avoir moins de privilèges si une plainte était déposée contre lui comme l’a indiqué ce lundi 7 août Michel Gbagbo.

166 total views, 6 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !