Election présidentielle au Kenya : que disent les sondages ?

A la veille de l’élection présidentielle du 8 août au Kenya, les deux principaux candidats en lice restent chacun persuadés de leur victoire à l’issue du vote. Les craintes d’une résurgence des violences post-électorales de 2007 sont renforcées dans une certaine mesure par les sondages qui prédisent un scrutin très, probablement le plus serré que le pays ait connu depuis son indépendance.

L’élection présidentielle du 8 août au Kenya s’annonce plus que jamais serrée d’après les sondages. Dans un contexte où le président sortant et son adversaire sont tous deux persuadés de leur victoire, de nombreux observateurs craignent un regain de tension dans les rues après l’annonce des résultats. Ce mardi 08 août 2017, quelques 20 millions d’électeurs se rendront pour élire leur futur président au Kenya, une élection dont l’issue reste encore incertaine. Bénéficiant du soutien de plusieurs partis de l’opposition, l’opposant historique kenyan Raila Odinga n’a jamais été aussi proche du fauteuil présidentiel par le passé. Aujourd’hui âgé de 72 ans, le chef de file de la Nasa joue probablement sa dernière chance dans la course à au fauteuil présidentiel après plusieurs échecs répétés. Battu en 2007 par Mwai Kibaki, l’opposant historique Raila Odinga serait en bien meilleure posture si l’on en croit les derniers sondages réalisés sur la présidentielle 2017 au Kenya. D’après le quotidien kenyan The East African, l’opposant d’Uhuru Kenyatta au scrutin présidentiel du 08 serait actuellement de 47% des intentions de vote, contre 43% pour le président sortant. Une seconde étude d’opinion publiée par le journal confirme également l’avance de Raila Odinga (47% des voix) sur Uhuru Kenyatta (46%). Dans tous les deux cas, les observateurs s’attendent à une élection présidentielle très serrée, si serrée que des kenyans se préparent déjà à l’éventualité d’un regain des tensions dans les rues après le vote. Mais le chef de la police tient à rassurer les populations du bon déroulement du scrutin. Pour la sécurité et la crédibilité du vote, près de 150.000 agents de police ont été mobilisés pour la présidentielle au Kenya selon le responsable de la police.

Les populations kenyanes se préparent au pire

Qu’ils soient des partisans d’Uhuru Kenyatta ou de Raila Odinga, une partie de la population kenyane craint déjà le pire à l’annonce des résultats. En dépit des dispositions sécuritaires mises en place pour la surveillance des 41.000 bureaux de vote déployés sur toute l’étendue du territoire, les kenyans craignent un regain des tensions dans les rues. Certains ont même déjà commencé à s’approvisionner en nourriture pour les jours à venir, d’autres ont carrément décidé de s’éloigner de la capitale Nairobi, le temps que passent les élections kenyanes. Le spectre des violences électorales de 2007 reste encore dans les mémoires malgré le calme précaire qui règne à quelques heures de la présidentielle du 08 août. Il y’a 10 ans de cela, la réélection controversée de Mwai Kibaki avait plongé le pays dans des violences ethniques qui ont causé la mort d’environ 1600 personnes et fait plus de 600.000 déplacés. Si la responsabilité de l’actuel président Uhuru Kenyatta avait été pointée du doigt dans ces violences électorales, le dirigeant n’a jamais été poursuivi par les instances juridiques internationales pour insuffisances de preuves. Alors que les sondages donnent gagnant Raila Odinga, les kenyans ont toutes les bonnes raisons de craindre une résurgence des violences, à moins que le perdant de cette élection serrée soit habité par la sagesse en reconnaissant sa défaite et la victoire de son rival.

167 total views, 6 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !