Ebola : les survivants de la maladie toujours porteurs du virus

Si l’Afrique de l’ouest a tourné le dos à la fièvre hémorragique Ebola, les survivants de la maladie ne sont pas pour autant tirés d’affaires. Selon une récente découverte des chercheurs, les personnes ayant survécus à la fièvre hémorragique peuvent toujours la transmettre aux autres, même au-delà de période d’incubation du virus qui est de 21 jours maximum.

Le virus Ebola reste présent dans l’organisme des survivants de la maladie pour une longue période, d’après une récente découverte effectuée par des chercheurs américains. Au-delà de la durée d’incubation qui est de 21 jours maximum, les personnes guéries de la fièvre hémorragique peuvent toujours la transmettre à leurs proches sans le savoir. Mais cette fois, le mode de transmission d’homme à homme ne se manifeste guère par le toucher, mais lors des rapports sexuels. Des infectiologues de l’université de Caroline du Nord aux USA ont récemment prélevé les spermes de 149 libériens qui avaient été contaminés par la maladie avant d’être par la suite guéries. A l’issue des tests effectués, les chercheurs ont découverts des traces du virus dans le sperme de 13 des 149 survivants ayant participé à l’expérience. Les résultats de cette étude publiés dans la revue scientifique ‘‘Open Forum Infectious Diseases’’ démontrent que le virus peut vivre dans le sperme des survivants pendant une période de 2 ans, ce qui fait d’eux des personnes capables de transmettre à nouveau la maladie aux autres lors des rapports sexuels. Cette découverte alarmante remet au jour les moyens de lutte contre la maladie Ebola et souligne par-dessus-tout les nombreux mystères que cache encore cette fièvre hémorragique. A la lumière de cette nouvelle découverte, « Notre constat sur la persistance à long terme et la détection virale dans le sperme suggère que nous devons changer la façon dont nous pensons à Ebola, car ce n’est plus seulement une maladie aiguë, mais aussi une avec des effets potentiels à long terme », a expliqué le professeur Wilima Fischer. Il urge donc de sensibiliser les populations sur les nouvelles dispositions à prendre pour éviter une résurgence de la maladie, surtout dans les pays de l’Afrique de l’ouest qui étaient déjà exposés à cette fièvre pendant près de 2 ans. Rappelons que ce jour, il n’existe aucun vaccin homologué contre Ebola.

Les survivants à Ebola appelés à se protéger

A la lumière de cette découverte, les survivants à la maladie Ebola sont appelés à observer de nouveaux comportements pour éviter une résurgence de la maladie. Etant donné que le virus peut rester encore pendant 2 ans dans le sperme de certains survivants, il est conseillé à ces derniers d’observer une longue période d’abstinence d’au moins 1 an. A défaut de pouvoir s’abstenir, les anciens malades d’Ebola doivent impérativement se protéger lors des rapports sexuels sur une période d’au moins 12 mois, jusqu’à ce que les tests effectués sur le prélèvement de leur sperme confirment la disparition de la maladie.
En l’espace de deux années de manifestation, la fièvre hémorragique a causé la mort de 11.300 personnes et infecté plus de 29.000 personnes selon les chiffres officiels donnés par l’OMS.

174 total views, 6 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !