Le député Meambly assigné en justice pour avoir torturé un militant du FPI

Le député ivoirien du groupe parlementaire « Agir pour le peuple » pourrait très bientôt se retrouver devant un tribunal. Dans un communiqué rendu paru ce mercredi, la section FPI de la localité de Facobly a annoncé une assignation en justice d’Evariste Méambly, accusé d’avoir séquestré et torturé un militant du front populaire ivoirien il y’a quelques jours.

Le député ivoirien Evariste Méambly recevra bientôt une assignation à comparaître en justice, si l’on en croit un communiqué de la section FPI de la localité de Facobly dévoilé ce 9 août. Le parlementaire ivoirien est accusé d’avoir séquestré et torturé, avec l’aide de certains camarades, un militant du Front populaire ivoirien répondant au nom de Toyé Placide, qui est le secrétaire général de la section FPI de Seambly. Selon les informations fournies par les responsables du front populaire ivoirien de Facobly, le militant en question aurait été enlevé pour conduit dans un enclos de moutons appartenant au député Méambly dans la ville de Duékoué, avant de subir par la suite de nombreuses tortures physiques. Et selon certaines informations à prendre avec quelques réserves, le parlementaire ivoirien était même présent sur les lieux le jour où le militant Toyé Placide a été torturé après avoir été séquestré. Pour sa part, la section FPI de Facobly a donc décidé d’assigner en justice le député de sa localité dans le cadre de cette affaire encore confuse.

Communiqué de la section FPI de Facobly

« Déclaration du FPI de FACOBLY : suite à l’enlèvement, à la séquestration d’un militant du FPI dans un enclos de moutons , propriété de monsieur Meambly Évariste le 06 Août 2017, du camarade Toyé Placide secrétaire de base à Seambly, les militants réunis en section extraordinaire ce jour apporte leurs soutiens sans faille à leur camarade, exprime leur indignation face à ces agissements moyenâgeuses de la part d’un » député de la république », s’engage à faire barrage à toute sorte d’imposture face à l’utilisation abusive de l’image du FPI et de son président GBAGBO. Décide de saisir les instances judiciaires selon les procédures en la matière, afin que Meambly Évariste et ses complices soient traduits devant les tribunaux pour qu’ils répondent de leurs actes. Fait à FACOBLY le 08 août 2017 la FÉDÉRALE FPI. ». Mais avant cette assignation en justice, le député Méambly a également rendu public un communiqué dans lequel il nie toute implication de près ou de loin dans cette affaire de torture d’un militant du front populaire ivoirien à Duékoué.

Une version des faits contestée par Méambly

Contrairement à la section du FPI de Facobly qui reproche à son député d’avoir orchestré la torture du militant Toyé Placide, le parlementaire ivoirien a nié toute implication dans cette sombre affaire. Voici la version des faits telle que rapportée par le membre du groupe parlementaire « Agir pour le peuple » :
« Mise au Point: C’est avec consternation que j’ai constaté ce week-end la publication sur les réseaux sociaux d’informations faisant état de la bastonnade d’un militant FPI de Facobly que j’aurais commandité auprès la gendarmerie. Il est important que soit rétablie la vérité. Chers internautes, ce prétendu militant du FPI a été pris à partie par ses propres camarades de parti. Ces derniers lui reprochent d’avoir vandalisé les panneaux 12 mètres carré présentant l’image du président Gbagbo et du ministre Blé Goudé que j’ai fait poser à travers la région du Guémon. Furieux de voir l’image de leur leader, absente de nos villes depuis 2011 vandalisée, ces militants s’en sont pris violemment à l’auteur de cet acte présenté comme un Fédéral du FPI. A Duékoué au moment des faits, j’ai été informé de cette situation et j’ai dépêché des collaborateurs sur place pour le tirer des mains de ses agresseurs. Le plus important dans cette affaire est que le vandale est passé aux aveux. Il a donné des détails sur l’identité de ses mandants. Chers tous, ce sont malheureusement les mêmes qui sont derrière la sombre affaire du « Trêklê », fétiche que j’aurais acquis pour tuer mystiquement le président Gbagbo. Photos et vidéos à l’appui, toutes ces preuves ont été déposées devant la direction du FPI et son président Sangaré Aboudrahamane. J’en profite pour remercier le président Sangaré ainsi que l’ambassadeur Koné Boubacar pour leurs efforts dans l’aboutissement du projet de loi d’amnistie. Je vous invite à rester sourds aux manœuvres désespérées de ces quelques personnes qui ne souhaitent point la libération des prisonniers et le retour d’exil des nombreux frères Ivoiriens. ».

141 total views, 6 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !