Réconciliation nationale: les forces nouvelles désavouent Ouattara pour Soro

La réconciliation nationale aura sans doute été le chantier le plus difficile du président Ouattara durant ses deux mandats à la tête de la Côte d’Ivoire. Alors que le processus se heurte à de nombreux blocages depuis des années, Guillaume Soro semble vouloir se présenter aujourd’hui celui qui réconciliera tous les ivoiriens, une démarche manifestement approuvée par l’amicale des forces nouvelles qui a donné sa première conférence de presse ce jeudi.

Les forces nouvelles entendent prendre une part active dans le processus de réconciliation nationale en Côte d’Ivoire. Au cours d’une conférence de presse donnée ce jeudi 10 août depuis Bouaké, l’Amicale des Forces Nouvelles (AFN) présidée par Félicien Sekongo a affirmé sa volonté de vouloir renouer avec le dialogue inclusif pour parvenir ‘‘à une réconciliation véritable entre les ivoiriens’’, a expliqué le président de l’Alliance de l’ancienne rébellion ivoirienne. Malgré la mise en place d’une commission chargée de réconcilier les fils et filles du pays, le président Ouattara n’est pas encore parvenu à ce jour à trouver la formule d’une véritable réconciliation avec tous les acteurs politiques, notamment la branche dissidente du FPI qui conditionne sa participation au processus de paix par la libération de Laurent Gbagbo. Alors que le chantier de la réconciliation semble presqu’avoir été jeté aux oubliettes, Guillaume Soro tente de redonner une nouvelle chance au processus de paix en Côte d’Ivoire, une démarche que certains qualifient d’opération séduction pour les possibles ambitions politiques du président de l’Assemblée Nationale en 2020. Quant au président de l’Alliance des forces nouvelles, il a indiqué ce jeudi 10 août lors de sa conférence de presse que ‘‘la naissance de l’AFN n’est pas liée à 2020’’ comme certains le croiraient. A en croire Félicien Sekongo, l’objectif de ce mouvement apolitique est d’insuffler ‘‘un nouvel élan’’ au processus de réconciliation qui devrait se dérouler en présence de tous les acteurs. Le président de l’alliance a même souligné qu’il regrettait ‘‘l’absence du président Laurent Gbagbo, co-animateur du dialogue direct inter-ivoirien signé à Ouagadougou en mars 2017’’.

L’alliance des forces nouvelles favorable à la libération de Gbagbo

Si au RDR on manifeste de nombreuses réticences sur l’épineuse question de la libération de Laurent Gbagbo, l’alliance des forces nouvelles se montre plutôt favorable à un retour de l’ancien chef d’Etat en Côte d’Ivoire. Cette divergence d’opinion sonne dans une certaine mesure comme un désaveu du président Ouattara par les Forces Nouvelles, du moins en ce qui concerne le chantier de la réconciliation nationale. Guillaume Soro qui se présente aujourd’hui comme l’ultime chance de réconcilier les ivoiriens a décidé de prendre le taureau par les cornes et brisé toutes les barrières. Rentré d’une longue tournée européenne le mois dernier, le président de l’Assemblée Nationale a annoncé qu’il comptait allait demander pardon à tous ses aînés, notamment au président de la République, à l’ancien chef d’Etat Henri Konan Bédié et aussi à Laurent Gbagbo détenu actuellement à la Haye.

128 total views, 8 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !