in

Force One: le clip qui fait polémique sur la toile

Le clip « Vouvou n’est pas Vouvou » de Force One nourrit depuis quelques jours une polémique née d’une interprétation raciste.

La polémique est née il y a un mois à la suite de commentaires de quelques internautes très observateurs. Cependant, la controverse ne décroit pas avec les jours qui passent. La symbolique serait trop forte pour être mise au compte de l’ignorance ou de l’innocence. Le placement de produit dans les clips étant toujours motivé des questions méritent d’être évidemment posées.

A ces observations méticuleuses de la part d’internautes, le duo formant le groupe Force One a vite réagi pour lever l’équivoque. Les artistes se défendent de tout message raciste et appellent à taire des interprétations subjectives et malencontreuses. Voyons à présent de plus près cette polémique étrange sur le clip « Vouvou n’est pas Vouvou » de Force One.

VouVou n’est pas Vouvou : L’un des clips d’été

« Vouvou n’est pas Vouvou » c’est le nouveau titre de Force One. Publié sur internet le 18 juillet 2017, « Vouvou n’est pas Vouvou » s’inscrit dans le pur style afrobeat et afrotrap du groupe. Avant ce morceau le groupe a connu de nombreux succès parmi lesquels « Number One », « Rosey », « Baby Marry », « Snapper » et « Afrodab ». A sa sortie le morceau se positionne encore dans les hits parades de l’été. Fidèle à eux-mêmes, les Force One ont produit un clip haut en couleur signé Roland Gogo. Cette fois-ci Fremo Rafale, leur vidéaste habituelle, n’a pas assuré la direction de la vidéo. Si le clip est impeccable, un élément fait néanmoins tache d’huile dans le décor.

La critique rattrape le succès du clip

Des internautes, très observateurs et sachant, ont détecté dans la vidéo des indices qui prêtent à interprétation. En effet dans la vidéo on peut voir un drapeau sur le blouson des deux artistes. Les manches droites de leurs blousons sont flanquées d’un étrange drapeau. Un internaute perspicace dévoilera la nature de ce logo en forme de croix. Il affirme : « J’aimerais savoir s’ils savent ce que représente ici aux Etats Unis le drapeau de « Confédération flag » qu’ils portent sur leurs blousons/jackets dans le clip ». A la suite cet internaute affirmera qu’il s’agit du drapeau des Rednecks, des Américains blanc racistes qui ne voulaient pas l’abolition de l’esclavage dans la partie sud du pays. Force One porterait alors un drapeau raciste sans le savoir ?

La réaction du groupe et des inconditionnels

Si des internautes critiquent l’ignorance historique des Force One, d’autres se veulent plus modérés. Pour eux il n’y a pas matière à polémiquer sur un costume qui dénote juste du fashion. En outre c’est à peine que certains prêtent attention à cette remarque. Ils préfèrent plutôt taper des commentaires laudateurs sur le swagg et la mélodie de Force One. Ces derniers ont tenu à faire démêler tout quiproquo tendant à les mettre en cause. Dans une publication datée du lundi 28 août ils écrivent : « L’habit ne fait pas le moine, nous ne défendons pas le racisme». Il est par conséquent clair que les Force One n’avaient pas l’intention de faire l’apologie du racisme.
Cette polémique sur le clip « Vouvou n’est pas Vouvou » de Force One manifeste de l’importance de l’image dans le domaine artistique. L’artiste, plus encore que le profane, sait très bien la portée d’un geste, d’un signe, d’un produit, d’un vêtement…Néanmoins aujourd’hui tout le monde ne sait pas forcement l’histoire des tenues et des marques qu’on porte quotidiennement, y compris les artistes. La polémique parait donc n’être qu’interprétation tendancieuse au sujet d’artistes qui n’ont absolument rien à voir avec la politique des Etats Unis. Il semble plutôt qu’ils ignoraient tout du drapeau et qu’ils l’aient porté par pur goût vestimentaire.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Coupe du Monde 2018: tournant décisif dans les éliminatoires en Afrique

Burkina Faso : une Tabaski dans un contexte de deuil et d’insécurité