in

Sénégal : la statue polémique de Louis Faidherbe à Saint Louis tombe

La statue polémique de Louis Faidherbe est tombée ce matin à la suite d’une pluie. Située à un important carrefour dans la ville de Saint Louis, la statue du gouverneur est depuis longtemps au cœur d’une controverse.

De nombreux activistes et des militants ont plusieurs fois appelé à sa destruction ou du moins à un débat sérieux sur son existence. L’histoire de l’ancien gouverneur du Soudan serait totalement aux antipodes d’un tel honneur plastique. Qui était donc Louis Faidherbe au Sénégal ?

La statue du gouverneur de la colonie du Sénégal vient de tomber sous l’effet de la pluie. Elle est tombée un jour très symbolique pour de nombreux sénégalais. Le 5 septembre est en effet la date des fameuses Rakkas prononcées par un certain prophète musulman Serigne Touba, dans les locaux du gouverneur même. Les internautes et les Sénégalais dans leur ensemble ont tôt fait d’y voir un signe des dieux.

Faidherbe et sa statue polémique

Louis Léon César Faidherbe est un ancien administrateur français né à Lille le 3 juin 1818 et mort le 28 septembre 1889 à Paris. Ce brillant officier fut commandant de l’Armée du Nord pendant la guerre de 1870-1871 et député puis sénateur du Nord (un département français à l’époque) à partir de 1871. Au Sénégal, alors dans la colonie du Soudan, il fut gouverneur de 1963 à 1965. C’est en 1887, deux ans avant sa mort, que sa statue fut construite à Saint Louis du Sénégal en reconnaissance de ses « bienfaits » pour le pays. Plusieurs activistes s’étaient insurgés contre cet édifice qui violerait la mémoire des résistants sénégalais à la colonisation. Plus encore que l’édifice en marbre, c’est l’inscription qui poserait problème. En effet, sur la statue est gravée cette phrase : « A Louis Faidherbe, le Sénégal reconnaissant ». Pour beaucoup de Sénégalais c’est une insulte à la mémoire des victimes de la colonisation.

Serigne Touba une épine dans les pieds des colons français

La statue est tombée ce 5 septembre 2017, date anniversaire des deux Rakkas prononcées par Serigne Touba dans les bureaux du gouverneur de la colonie du Sénégal Charles Couzinet. Né Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, Serigne Touba fut un éminent marabout de Touba, qu’il fonda en 1887. Musulman soufi ascétique et mystique, il écrivait des fatwas et des tawhids, des avis juridiques de type islamique. Il se fit remarquer par les autorités coloniales pour ses activités « subversives » et la « dangerosité » de ses disciples selon la version officielle. Il est mort à Diourbel en 1927 après avoir fait de la prison à maintes reprises notamment au Gabon dans la même période que Samory Touré.

Une coïncidence troublante

Depuis des années, la statue du gouverneur Faidherbe est sujette à discorde. Bien que sa destruction n’ait jamais été tentée, elle est victime de farouche réprobation. Sa chute en ce 5 septembre, date anniversaire des Rakkas de Serigne Touba, a été interprétée comme un signe des dieux. La nature, à travers la pluie aurait accompli le vœu des nationalistes sénégalais qui ne supportaient plus cette plastique en plein centre-ville. La pluie a fait tomber le buste et la photo circule en ce moment sur internaute comme sur le site de senenews.com. Si certains y voient un signe des ancêtres et d’autres une simple coïncidence climatique, force est de constater que l’incident a réveillé une mémoire encore douloureuse.
La destruction de la statue de Louis Faidherbe par la pluie est passée comme un soulagement pour beaucoup de Sénégalais qui ne pouvaient pas la détruire eux-mêmes. Maintenant ils demandent qu’on construise sur la même place une statue d’un vrai combattant de l’indépendance du Sénégal. Maintenant chacun pourra dire si c’est une coïncidence naturelle ou si c’est la foudre des dieux qui brisa la statue du gouverneur controversée. Le débat est ouvert selon nos croyances respectives.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Côte d’Ivoire : drame à Assinie Assouindé, la station balnéaire

Togo : le pouvoir sous pression des réformes exigées par l’opposition