in

Togo : le pouvoir sous pression des réformes exigées par l’opposition

Depuis au moins une semaine, l’opposition togolaise se mobilise pour faire plier son gouvernement sur certaines de ses exigences fondamentales.

Une série de marches et de manifestations dites pacifiques a débuté depuis le weekend dernier. Leur slogan « Togo debout et marche pour ta liberté » est sans équivoque. Le mouvement se veut populaire et massif en témoigne les appels à la manifestation dans presque toutes les villes du pays. Le pouvoir de Faure Gnassingbé sera-t-il sourd à ces revendications ?

L’opposition togolaise veut mettre fin au règne sans partage de la dynastie Gnassingbé sur leur pays. Depuis 1967 en effet, les Gnassingbé règnent en maîtres absolus sur le Togo. C’est notamment pour mettre fin à cette hégémonie que l’opposition se mobilise massivement.

Cinquante ans de règne des Gnassingbé

L’accession des Gnassingbé au pouvoir a commencé en 1967 avec le coup d’Etat opéré par Gnassingbé père connu sous le nom de Gnassingbé Eyadema. Ancien soldat français, il s’était vanté d’avoir participé au meurtre du premier président togolais Sylvanus Olympio. Quatre année plus tard il renversa le second, Nicolas Grunitzky. Ensuite il exerça un pouvoir sans partage jusqu’en 2005 date de sa mort. Faure Gnassingbé son fils lui succède en 2005 à la faveur d’un coup d’Etat constitutionnel opéré par l’armée sous la bienveillance de la France. Depuis, Faure Gnassingbé a brigué trois mandats consécutifs ; le dernier en cours finit en 2020. Voyant venir le spectre d’une autre candidature, l’opposition a décidé de passer à l’offensive et anticiper les ambitions présidentielles.

L’opposition se mobilise pour des reformes

Pour l’opposition togolaise, les Gnassingbé ont fait du pouvoir politique un héritage familial. En 2003, Gnassingbé père avait modifié la constitution pour passer l’âge de l’éligibilité à la présidence de 45 à 35 ans. Cette mesure a permis au fils de se présenter en 2005 et de gagner sans grande difficulté. En tout, cela fait 50 ans que la famille Gnassingbé gouverne le Togo. Bien qu’ayant déjà fait trois mandats, Gnassingbé est sur le point de briguer un 4e au mépris de la constitution. Les organisations telles que le CAP 2015, le Groupe de Six, le PNP, la Santé du Peuple, le CAR et le NET avaient déjà appelé le peuple dans la rue le samedi 2 septembre. Après l’entrée en matière, ces organisations passent au plat de résistance. En effet les mercredi 6 et jeudi 7 septembre des manifestations auront lieu dans plusieurs villes dont Lomé, Kara, Sincasse, Mondouri et Bassar. « Cinquante ans de règne ça suffit », « Togo debout et marche pour ta liberté » peut-on lire sur l’affiche de la mobilisation. Entre autres reformes, l’opposition exige le retour à la Constitution originelle du 14 octobre 1992, la révision du code électoral et l’instauration du droit de vote des togolais de l’étranger.

Ce qu’en pense le pouvoir en place

Officiellement Faure Gnassingbé ne s’est pas encore prononcé sur les réformes exigées par l’opposition, mais son conseiller spécial Pacôme Adjourouvi s’est prononcé sur les antennes de TV5 Monde. Il a d’abord rassuré que « les manifestations sont autorisées et encadrées par la loi ». Ainsi, les risques de violences sont à écarter si « les organisateurs respectent la loi » ajoute-t-il. Au sujet des reformes demandées par l’opposition, Pacôme Adjourouvi affirme que le gouvernement attend les conclusions de la commission des reformes. Celle-ci sillonnerait le pays depuis quelques temps pour recueillir des avis afin que l’Etat et l’opposition convoque un débat.
Le gouvernement togolais semble avoir compris les aspirations du peuple. Ce dernier demande plus de démocratie et d’alternance au sommet de l’Etat. Le Togo étant une République, il apparait nécessaire que le pouvoir ne soit pas accaparé par une seule famille. Demain l’opposition passera à l’épreuve de force sous l’œil vigilant, sans doute, des forces de l’ordre. Faut-il espérer que Faure Gnassingbé entendra la sirène du changement et de la sagesse ?

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Sénégal : la statue polémique de Louis Faidherbe à Saint Louis tombe

Education Bénin : longue tradition d’excellence scolaire