Côte d’Ivoire : Stéphane Kipré riposte contre les accusations du gouvernement ivoirien

En exil depuis des années, Stéphane Kipré a été cité dans un communiqué gouvernemental comme l’un des principaux instigateurs des nombreuses attaques armées perpétrées en Côte d’Ivoire depuis le début de l’année. L’opposant politique, un proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, n’est pas resté insensible aux graves accusations formulées à son encontre à l’issue du conseil national de sécurité.

Stéphane Kipré, président de l’Union des Nouvelles Générations (UNG), a été accusé jeudi à travers un communiqué gouvernemental d’avoir participé aux attaques armées menées en Côte d’Ivoire contre plus bases et camps militaires de l’armée au cours de l’année. L’opposant politique en exil depuis des années est notamment cité comme l’un des principaux instigateurs des projets de déstabilisations du pays, des projets qui fort heureusement n’ont jamais connu de succès. Face à ces accusations, la réaction de Stéphane Kipré ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué officiel diffusé ce vendredi, le président de l’UNG a tout naturellement nié toute implication dans ces ‘‘projets de déstabilisations’’ évoqués par le gouvernement ivoirien qu’il accuse de chercher des bourreaux pour une situation dont elle seule en est responsable : « Je constate toutefois que, chaque fois, qu’il se trouve face à son incompétence à maitriser les bras armés qui l’ont porté à la tête du pays, le Pouvoir de M. Ouattara ressort les mêmes recettes moyenâgeuses qui consistent à accuser de déstabilisateur ses opposants politiques afin de maintenir à dessein la Côte d’Ivoire dans une sorte de psychose et de tension inutiles. », a relevé Stéphane Kipré. C’est donc la raison pour laquelle, poursuit-il ‘‘Je ne me reconnais donc ni de près ni de loin dans les faits dont il est question’’. Mais le cadre de l’ancien régime ne s’est pas limité à dénoncer uniquement les accusations formulées à son encontre jeudi à l’issue du conseil national de sécurité, le président de l’UNG envisage de riposter contre le gouvernement ivoirien.

Stéphane Kipré prépare une riposte judiciaire

« Ces accusations farfelues et d’une très grande gravité portées à mon encontre m’indignent et ne resteront pas sans suite. J’ai immédiatement instruit mon conseil de saisir les tribunaux compétents pour diffamation afin que la vérité soit rétablie sur ces accusations qui portent atteinte au principe élémentaire de la présomption d’innocence, à mon honneur, à ma dignité, à ma réputation et à ma crédibilité politique. Je reste néanmoins déterminé à continuer mon combat politique ; celui d’œuvrer inlassablement à l’avènement d’une Côte d’Ivoire réconciliée et démocratique. », a souligné le président de l’Union des Nouvelles Générations.
Rappelons que le gouvernement ivoirien, à l’issue du conseil national de sécurité qui s’est tenu jeudi au palais présidentiel en présence du président Ouattara, a instruit les forces de défense et de sécurité pour tout mettre en œuvre afin de traduire les instigateurs de ces attaques devant la justice. S’ils étaient considérés comme de simples exilés politiques, Stéphane Kipré et Damana Pickas sont désormais dans le collimateur de la justice ivoirienne.

132 total views, 2 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Scandale.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !