ACTUALITE

Côte d’Ivoire : Sidiki Bakaba réagit après sa convocation en justice

Le retour en Côte d’Ivoire de Sidiki Bakaba pourrait se passer dans des conditions qui risquent fort de déplaire au metteur en scène ivoirien et à ses fans. Réfugié en France à la faveur de la crise post-électorale de 2010, le cinéaste a reçu, sur instruction des autorités ivoiriennes, une convocation le mardi 7 juin dernier pour répondre de certains chefs d’accusations contre lui le 6 juillet 2016 devant le tribunal de Paris. Abasourdi par la nouvelle, le réalisateur rompt enfin le silence pour dire ce qu’il pense réellement de son assignation à comparaître.

L’ex-directeur du palais de la culture d’Abidjan bientôt devant la justice

Incontestablement reconnu comme l’acteur le plus capé de l’industrie culturelle en Côte d’Ivoire, le cinéaste ivoirien Sidiki Bakaba se retrouvera devant les juridictions françaises dans quelques semaines. Alors qu’il était exilé en France depuis plus de 5 ans, le cinéaste ivoirien a reçu une convocation pour se présenter le mercredi 6 juillet prochain devant le Tribunal de grande instance de Paris. Cette assignation en justice du réalisateur intervient suite une requête déposée par les autorités judiciaires ivoiriennes. Les chefs d’accusation retenus contre lui sont ont été établis dans le cadre de la crise post-électorale que le pays a traversé à la faveur du scrutin présidentiel d’octobre 2010. Avant la date de sa comparution devant les tribunaux, le metteur en scène n’a pas manqué de réagir face au nouveau bras de fer qui l’opposera bientôt aux instances juridiques françaises et probablement ivoiriennes.

Les charges retenues contre le cinéaste en Côte d’Ivoire

L’ancien directeur du palais de la culture d’Abidjan (de 2000 à 2011) est assigné en justice pour plusieurs chefs d’accusations : « complicité de violence, meurtre, menace de mort…», pour ne citer que ces trois. A en juger par les charges qui pèsent contre le metteur en scène ivoirien, il aurait donc été impliqué dans les exactions commises par les proches de l’ancien président Laurent Gbagbo pendant la récente crise politique. Dans l’éventualité où ces accusations sont confirmées, Sidiki Bakaba, actuellement âgé de 67 ans, court le risque d’une condamnation à l’instar de certains partisans de l’ancien régime.

Sidiki Bakaba se dit ‘‘choqué’’

A la suite de sa convocation reçue la semaine dernière, le metteur en scène ivoirien n’a pas mis de temps à réagir. L’ex-directeur du palais de la culture d’Abidjan est sous le choc après toutes les accusations formulées à son encontre : « je suis étonné de voir tant de charges », laissait entendre ce grand monument de la culture en Côte d’Ivoire. Dans le même élan, il qualifie son assignation devant la justice française de « double jeu des autorités » ivoiriennes qui souhaitent le voir rentrer d’exil. Le retour du cinéaste ivoirien sera sans doute pour bientôt, mais toute la question est de savoir s’il revêtira le costume de grande figure de l’industrie culturelle qu’on lui connaît ou celui d’un accusé lorsqu’il posera à nouveau les pieds à Abidjan.

1,587 total views, 9 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut