ACTUALITE

Côte d’Ivoire violences à l’université : les syndicats d’étudiants signent un accord de paix

Après les turbulences, le calme devrait bientôt revenir sur les campus ivoiriens grâce à la signature d’une charte bannissant les violences en milieu universitaire. Le lundi 22 août 2016, les principaux syndicats d’étudiants ont procédé à la signature de « la charte Tchiffi Zié Jean Gervais pour la pacification du milieu universitaire et scolaire en Côte d’Ivoire ». A travers ce code de bonne conduite, les étudiants s’engagent à un retour de paix sur les campus.

Signature d’une charte par les forces syndicales ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, les violences qui ont émaillé l’université de Cocody sont en passe d’être un lointain souvenir. Dans le souci de mettre un terme au climat de terreur en milieu universitaire ivoirien, les syndicats d’étudiants ont adopté ce 22 août 2016 un code de bonne conduite baptisé « la charte Tchiffi Zié Jean Gervais pour la pacification du milieu universitaire et scolaire en Côte d’Ivoire ». Cet accord de paix a été signé par la FESCI et l’AGEECI, les deux principales forces syndicales en activité sur les campus ivoiriens, mais également par le SYNESS (Syndicat national des étudiants en sciences de santé) et le FEDER (Fédération des étudiants). Cet accord de paix a été obtenu grâce à la médiation du secrétaire général permanent du Forums des Rois, Sultans et Leaders traditionnels du continent africain, sa majesté Tchiffi Jean Gervais Zié.

Fin du conflit entre FESCI et AGEECI en Côte d’Ivoire

« Nous, structures syndicales décidons que nos membres ne violentent plus d’étudiants, ne se violentent plus entre eux-mêmes, et que dorénavant les libertés d’expression d’opinion, d’association et de différence soient respectées », précise la charte de pacification signée par les associations syndicales.
« Il y’avait un problème de leadership entre les deux syndicats, il faut le dire. L’Ageeci et la Fesci se réclamaient la plus forte. Aujourd’hui, nous sommes assis autour d’une table et désormais, quoique la Fesci fasse ou l’Ageeci, il faudra associer les deux structures à toutes les décisions que l’on doit prendre », fait remarquer l’un des responsables de l’Association Générale des Elèves et Etudiants de Côte d’Ivoire. La pacification du milieu estudiantin ivoirien est étroitement liée à l’entente entre les différents groupes syndicaux, notamment la Fesci et l’Ageeci entre lesquels règne une grande rivalité.

‘‘Un acte historique’’ selon le médiateur

« Les enfants ont posé un acte historique devant Dieu », souligne sa majesté Tchiffi Zié Jean Gervais, facilitateur de cet accord de paix entre les syndicats d’étudiants. L’adoption de ce code de bonne moralité assigne désormais certaines contraintes aux forces syndicales dont l’arrêt de ‘‘ toutes formes de violence sur le campus en particulier celles entre leurs membres’’. Le document précise également qu’ ‘‘aucun étudiant ne doit se faire complice ou acteur de racket’’.

3,517 total views, 6 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut