Mouvement d’humeur des gendarmes ivoiriens : mutinerie au camp commando d’Abobo

Mutinerie en cours à Abidjan après le mouvement d’humeur des militaires ivoiriens. Les gendarmes ont manifesté leur mécontentement dans la nuit du lundi au mardi 17 janvier, par des tirs en provenance du camp commando d’Abobo été entendus.

Le mouvement d’humeur lancé par les militaires en Côte d’ivoire début janvier vient de s’élargir désormais aux gendarmes ivoiriens. Durant la nuit du lundi 16 au mardi 17 janvier, des habitants de la commune ont rapporté que des tirs nourris à l’arme automatique ont été entendus entre 00 h et 02 heures du matin. A l’origine de ces coups de feu tirés en provenance du camp commando d’Abobo, des éléments de la gendarmerie nationale ivoirienne qui seraient entrés en mutinerie. Selon les dernières informations, les gendarmes ont pris le contrôle de la grande voie qui conduit aux cités policière et universitaire de la commune. Selon une source sécuritaire contactée sur les lieux, il s’agirait bel et bien d’un mouvement d’humeur, semblable à celui lancé par les militaires le 5 janvier dernier dans la ville de Bouaké. La circulation dans la zone du camp commando est partiellement paralysée par les gendarmes ivoiriens qui effectuent des parades à bord de leur véhicule en guise de protestation. Que revendiquent-ils exactement ?

Les raisons du mouvement d’humeur des gendarmes ivoiriens





Pour l’instant, les raisons qui ont conduit les gendarmes du camp commando d’Abobo à manifester restent inconnues. Cependant, il ne fait aucun doute que des revendications financières sont à la base de la colère de ces éléments de la gendarmerie ivoiriens. Mais leurs revendications ne sont pas encore officiellement connues. Toutefois, certaines sources rapportent que des discussions seraient actuellement en cours entre les gendarmes et les responsables du camp d’Abobo, sans pour autant que l’on sache sur quoi portent véritablement ces discussions. Seule certitude, la gendarmerie vient de prendre le relai du mouvement d’humeur lancé par les militaires il y’a de cela quelques jours. Après des négociations avec le gouvernement ivoirien, ces derniers ont partiellement obtenus gain de cause lundi à travers les primes qu’ils ont reçues.

Un lien entre la mutinerie des militaires et la révolte de la gendarmerie ?

Difficile d’établir un rapport entre la grogne militaire qui a paralysé plusieurs grandes villes du pays et le mouvement d’humeur lancé par les gendarmes ivoiriens, pour la simple raison que les raisons de ces derniers ne sont pas encore connues. Mais au regard de l’enchaînement des faits, il ne fait aucun doute que les derniers souhaitent également une amélioration de leurs conditions salariales, tout comme l’ont exigé les militaires. Lancé depuis le camp commando d’Abobo, le risque de voir cette mutinerie des gendarmes se propager à d’autres camps est de plus en plus plausible. A titre de rappel, la vague de protestation militaire avait démarré à Bouaké avant de s’étendre aux autres villes du pays. Si le mouvement de rumeur de la gendarmerie se propage, des négociations seront devront donc être entamées par le ministre de l’intérieur pour tenter de désamorcer la situation.

7,594 total views, 26 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !