Mutinerie à Yamoussoukro et Toumodi: 1 militaire tué, les mutins contrôlent la ville

Une mutinerie a éclaté ce matin dans la ville de Yamoussoukro, capitale politique de la Côte d’Ivoire. Aux dernières nouvelles, 1 militaire parmi les mutins qui contrôlent la capitale politique aurait été tué par des éléments de la Garde Républicaine. Toumodi serait également touché par le mouvement d’humeur des hommes en tenue.

Situation toujours tendue à Yamoussoukro ce mardi 17 janvier à la suite d’une mutinerie lancée par les soldats de la ville depuis 10 heures. En début de matinée, les mutins ont pris le contrôle de la capitale politique de Côte d’Ivoire, « ils circulent à bord des cargos, ils volent des véhicules », rapporte l’AFP citant les propos d’un témoin. Contrairement aux autres villes qui ont précédé à cette vague de protestation militaire, aucun acte de vandalisme où de pillage n’a été dénoncé ou déploré, du moins selon les témoignages. Apparemment, la grogne militaire semble prendre une autre tournure dans la capitale politique ivoirienne, d’autant plus la mutinerie de Yamoussoukro a déjà fait une victime dans le rang des mutins. A en croire une source sécuritaire contactée par l’AFP, un « mutin a été tué par la GR devant le camp » au cours de cette journée de mardi très tendue à Yamoussoukro. Selon un témoin contacté sur place par notre rédaction « les militaires ont demandé à tous les habitants de rentrer chez eux sans donner la moindre explication. Ils effectuent des parades dans la ville et tirent des coups de feu en l’air. C’est l’angoisse totale qui règne ici actuellement », nous confie Doumbia Fanta, une habitante de la capitale politique ivoirienne. Quelques heures après le mouvement d’humeurs des gendarmes ivoiriens, les militaires se font de nouveau entendre par la voix des armes, aussi à Toumidi.

Un militaire tué pendant le mouvement de protestation

Le mouvement d’humeur a pris une toute tournure dans la ville historique de Yamoussoukro ce mardi 17 janvier. L’un des militaires qui protestaient au cours de la journée a été abattu par des hommes de la Garde République. L’information aurait même été confirmée par une source au sein du ministère de la défense selon l’AFP. Pour l’instant, les circonstances qui ont conduit à la mort de ce militaire n’ont pas encore été élucidées. Seule certitude, le mutin abattu par les éléments de la Garde République de Yamoussoukro était l’un des hommes en tenue qui ont manifesté au cours de la matinée. Pour l’instant, ce décès n’a pas encore été officiellement confirmé par les autorités ivoiriennes, en l’occurrence le ministère de la défense chargé des négociations avec les mutins.

La ville de Yamoussoukro déserte, les mutins positionnés aux endroits stratégiques

A l’instar de la mutinerie qui avait été lancée le 5 janvier à Bouaké, les mutins de Yamoussoukro ont également pris le contrôle de plusieurs points stratégiques de la ville. Les militaires ont érigé un barrage sur la voie principale qui conduisant à la ville d’Abidjan. Pour l’instant aucun moyen de se déplacer vers la capitale économique ivoirienne, la route étant désormais sous le contrôle des mutins. Les habitants ont pour la plupart regagné leurs domiciles, les écoles et commerces restent pour l’instant fermés. La situation est toujours tendue car les tirs continuent toujours de faire entendre à Yamoussoukro.

Toumodi aussi touché par la mutinerie

Selon les informations dont nous disposons actuellement, la ville de Toumodi, située à un peu plus de 45 kilomètres de Yamoussoukro, a aussi été touchée par le mouvement d’humeur. Visiblement, le paiement des primes exigées par les militaires lundi n’a pas permis d’apaiser la colère au sein de la grande muette. Suite à un accord passé avec le gouvernement ivoirien, quelques 8500 soldats ivoiriens ont reçu ce mardi la somme de 5 millions de francs Cfa.

6,451 total views, 2 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !