Tirs entendus au port de pêche d’Abidjan : les gendarmes protestent à nouveau

De nouveaux tirs ont été signalés dans le district d’Abidjan, 24 heures après le mouvement d’humeur des gendarmes du camp commando d’Abobo. Selon nos informations, la gendarmerie serait à l’origine des coups de feu tirés au port de pêche.

Des tirs ont été de nouveau entendus ce 18 janvier 2017 dans la capitale économique ivoirienne, plus précisément au port de pêche d’Abidjan. Comme il fallait s’y attendre, le mouvement d’humeur des gendarmes du camp commando d’Abobo s’est finalement répandu, touchant cette fois l’un des poumons de l’économie ivoirienne. Les accès menant au PAA (Port Autonome d’Abidjan) ont été bloqués par des éléments de la gendarmerie dans la matinée de ce mercredi. Selon nos informations, il s’agirait de tirs sporadiques en signe de protestation, comme c’était le cas avec les gendarmes de la commune d’Abobo dans la journée du mardi 17 janvier. Dans la même journée de mardi, une mutinerie avait été signalée à Yamoussoukro et Toumodi, deux villes qui avaient jusque-là été épargnés par la grogne militaire. Pour l’instant, les revendications des gendarmes ne sont pas encore connues mais quelques sources au sein de la gendarmerie nous ont affirmé que les revendications étaient « d’ordre financières », sans toutefois nous préciser le montant exact revendiqué. La réaction du ministère de l’intérieur est très attendue sur cette affaire qui commence à prendre des proportions importantes. Mais Abidjan, ou du moins le port de pêche, n’est pas la seule zone actuellement en ébullition au pays.

La ville de Yamoussoukro paralysée par la grogne militaire

Dans le district de Yamoussoukro, les manifestations ont pris une tournure tragique avec la mort d’un militaire tué par des éléments de la Garde Républicaine dans la matinée de mardi. Aux dernières nouvelles, un second mutin aurait trouvé la mort dans la capitale politique ivoirienne suite à des graves blessures qui lui avaient été infligées, portant ainsi le nombre de décès à deux. Situation toujours très tendue à Yamoussoukro, car les militaires du camp de Zambakro ont dans une vidéo promis une riposte aux agissements des mutins si ceux-ci n’y mettaient pas un terme. En plus de cette mise en garde des éléments de Zambakro, des sources rapportent que le ministère de la défense pourrait bientôt donner la riposte aux mutins, étant donné que ces derniers refusent de respecter l’accord qui avait été signé. Pour tenter de désamorcer la situation, le premier responsable de la ville, le Gouverneur Augustin Thiam a entamé des discussions avec les mutins.

Les gendarmes d’Abidjan définitivement entrés dans la mutinerie ?

Entre la journée du mardi au mercredi 18 janvier, les gendarmes du camp commando d’Abobo et ceux du port autonome d’Abidjan ont protesté contre le gouvernement par des tirs sporadiques. Les autres camps de gendarmerie comme celui de la commune de Koumassi restent encore à l’écart de la grogne. La probabilité de voir d’autres camps commando rejoindre le mouvement d’humeur des gendarmes est n’est plus à exclure, ce qui signifierait le début d’une mutinerie au sein de la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire.

8,555 total views, 68 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !