Attentat suicide au Mali : le bilan s’alourdit, 52 morts et 115 blessés

Le bilan des victimes de l’attentat suicide perpétré ce mercredi dans un camp militaire de Gao au Mali s’élève désormais à 52 morts et 115 blessés, selon un dernier décompte.

Le Mali a été frappé dans la matinée de ce mercredi 18 janvier par un terrible attentat suicide commis par des djihadistes dans un camp militaire situé dans la région de Gao. Le premier bilan de 37 morts dressé par les autorités maliennes s’est alourdi quelques heures après l’attaque à la voiture piégée. Le nombre de victimes s’élève à 52 morts, parmi lesquelles il y’aurait 5 djihadistes selon le gouvernement malien qui ajoute que l’attentat suicide a fait également 115 blessés. Rachida Achouri, l’une des porte-paroles de la MINUSMA a souligné dans un communiqué que la voiture piégée a fait irruption sur les lieux aux environs de 8h40, forçant « l’entrée du camp, écrasant ceux qui se trouvaient sur son chemin, avant d’exploser au moment où 600 hommes se rassemblaient.». Cette version des forces onusiennes a été confirmée par un habitant de la ville joint par Reuters, qui souligne que « l’attaque a eu lieu pendant que les gens étaient rassemblés. Je reviens de l’hôpital où j’ai vu des corps déchiquetés, les blessés sont entassés. ». Pour l’heure le bilan définitif de l’attentat suicide qui a frappé la ville de Gao ce mercredi matin n’est pas encore connu. Les 52 morts dernièrement annoncés pourraient très vite s’alourdir dans les heures qui suivent, car plus d’une centaine de blessés ont été dénombrées dans cette attaque à la voiture piégée qui soulève également de nombreuses interrogations.

Un attentat suicide non encore revendiqué

Pour l’heure, aucun groupe rebelle du Mali n’a revendiqué l’attaque perpétré ce 18 janvier au sein d’un camp militaire de la région administrative de Gao. Mais tout porte à croire que les responsables de cette tragédie qui a fait 52 morts sont les mêmes que les auteurs de l’attaque djihadiste commis en novembre dernier sur la piste de l’aéroport de Gao. Cependant, cette version nuance quelque peu avec les premiers résultats de l’enquête qui ont permis d’identifier le type de véhicule utilisé par l’auteur de cet attentat suicide. Le véhicule qui a servi pour cette attaque à la voiture piégée « était aux couleurs du MOC », a confié à l’AFP un responsable du renseignement malien. Le MOC, Mécanisme Opérationnel de Coordination, est l’unité chargée de coordonner les patrouilles mixtes au Mali. Comment les djihadistes sont-ils entrés en possession d’un des véhicules de cette unité ? En réponse à cette interrogation, le colonel Diarran Koné a indiqué à l’AFP que l’auteur des attaques « est rentré seul dans la ville, avant de s’équiper et d’équiper le véhicule pour commettre l’attentat suicide. ».

Une attaque susceptible de fragiliser le processus de paix au Mali ?

L’attentat suicide de ce mercredi intervient alors que le processus de paix au Mali peine à se concrétiser. L’attaque à la voiture piégée perpétré ce 18 janvier à Gao vise manifestement à fragiliser l’accord de paix qui lie le gouvernement malien à certains anciens rebelles du pays, un point de vue partagé par l’ancien premier ministre français Jean Marc Ayrault qui soutient que l’objectif de ces attaques est « d’empêcher que le processus de paix et de réconciliation avec le Nord-Mali se poursuive. », a souligné l’ancien locataire de Matignon lors d’un passage au cours d’une émission.

3,133 total views, 14 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !