Mutinerie en Côte d’Ivoire: tirs à San-Pedro et Yopougon mercredi nuit

La mutinerie en Côte d’Ivoire vient de s’étendre à la ville de San-Pedro située à 348 kilomètres d’Abidjan. Des tirs ont été signalés durant toute la nuit du mercredi 18 janvier dans certains quartiers de la ville, des coups de feu tirés par des militaires en signe de protestation. A Abidjan, la commune de Yopougon a aussi connu son baptême de feu ce soir.

Après la mutinerie de Yamoussoukro et de Toumodi hier mardi, une nouvelle révolte militaire a été signalée mercredi soir dans la commune de Yopougon à Abidjan et à San-Pedro, seconde ville portuaire de la Côte d’Ivoire. Durant toute la nuit du 18 janvier, des tirs ont été signalés dans plusieurs quartiers de la ville historique qui se trouve à près de 350 kilomètres d’Abidjan la capitale ivoirienne. Selon un habitant du quartier Bado contacté par notre rédaction, « les coups de feu ont commencé vers 22 heures dans notre zone. Chacun a rejoint son domicile sans savoir ce qui se passait réellement car on entendait les tirs un peu de partout », nous explique dame Kobenan Antoinette, une résidente de la ville portuaire. Pour l’instant, difficile d’affirmer avec exactitude qui des militaires ou des gendarmes sont à l’origine de la protestation et des coups de feu tirés mercredi nuit à San-Pedro. Seule certitude, la ville historique vient de succomber au mouvement d’humeur des hommes en tenu lancé le 5 janvier dernier depuis la ville de Bouaké.

Des tirs signalés au corridor de Yopougon

Toujours dans la nuit du mercredi 18 janvier, des coups de feu ont été signalés dans la commune de Yopougon, plus précisément dans le quartier de Gesco. Les coups de feu entendus dans le plus grand quartier d’Abidjan provenaient probablement du camp de gendarmerie situé au niveau du corridor. Pris de stupeur, les habitants sont immédiatement rentrés chez eux. A l’heure actuelle, le calme serait de retour dans cette commune mais les rues restent toujours désertes. En dehors de cette commune, des tirs en provenance du camp commando de Koumassi ont été rapportés en cours de matinée, c’est-à-dire quelques heures après les coups de feu entendus au port de pêche d’Abidjan dans la seule journée du 18 janvier.

Deux secteurs clés de l’économie ivoirienne touchés par la mutinerie ce mercredi

La mutinerie qui secoue actuellement la Côte d’Ivoire commence à toucher les points sensibles de l’économie ivoirienne. Le mouvement d’humeur des gendarmes ivoiriens lancé dans la journée de mardi depuis le camp commando d’Abobo s’est étendu mercredi à la ville de Treichville, plus précisément au port de pêche de la ville d’Abidjan. La révolte des gendarmes au Port autonome d’Abidjan a paralysé une bonne partie des activités de la zone portuaire. Cette nuit, c’est au tour de San-Pedro, ville par laquelle transite le cacao ivoirien, de suivre la tendance. Contrairement à Abidjan, les activités de la zone portuaire n’ont pas été perturbées dans la journée de mercredi par les protestations militaires, celles-ci n’ayant démarré qu’aux alentours de 22 heures. Faut-il s’attendre à une journée de jeudi mouvementée dans ces grandes villes du pays ? Réponse dans les heures qui suivent.

5,207 total views, 18 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !