Alassane Ouattara sollicité pour un troisième mandat présidentiel, voici les scénarios possibles

Le débat sur l’éventualité d’un troisième mandat accordé au président Alassane Ouattara refait surface ce lundi 30 janvier suite à la déclaration d’une coalition invitant le chef d’Etat ivoirien à briguer en 2020 la magistrature suprême. Le président ivoirien est-il déjà en route pour l’échéance électorale de 2020 ?

Le possible troisième mandat présidentiel d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire fait la une de l’actualité ivoirienne de ce lundi 30 janvier 2017. Dans la journée du samedi 28 janvier, le CLPP-CI (Coalition des leaders du parti au pouvoir de Côte d’Ivoire) a, au cours d’une conférence de presse, invité le chef d’Etat ivoirien à présenter sa candidature à la prochaine élection présidentielle prévue pour l’horizon 2020 : «Depuis que le Président Alassane Ouattara a rendu public sa volonté de quitter le pouvoir en 2020, le pays n’a plus connu de tranquillité car chacun de nos cadres pense être le meilleur acteur pour l’alternance du pouvoir en 2020, ce qui nous a conduit à ce désordre que nous avons constaté depuis un mois avec les mutineries et la grève des fonctionnaires, raison pour laquelle nous demandons au Président Ouattara de rester encore au pouvoir pour cinq ans le temps pour lui de bien organiser le pays», a souligné le président de la coalition, M Augustin Ouattara. A en juger par ses propos, il est plus que nécessaire de doter l’actuel chef d’Etat ivoirien d’un prochain mandat présidentiel pour poursuivre les efforts de paix et de stabilité au pays. Toute la question qui se pose désormais est de savoir quelle sera la réaction du Chef Suprême des Armées en Côte d’Ivoire. Voici quelques possibles scénarios envisageables auxquels les ivoiriens devraient s’attendre.

Le troisième mandat présidentiel d’Alassane Ouattara, légal ou anti-constitutionnel ?

Si le président ivoirien est sollicité par une coalition pour briguer de nouveau la magistrature, remplit-il en revanche les conditions d’éligibilité ? Réponse dans l’article de 55 de la nouvelle constitution ivoirienne qui stipule que « Le Président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il n’est rééligible qu’une fois… Le candidat à l’élection présidentielle doit jouir de ses droits civils et politiques et doit être âgé de trente-cinq ans au moins. Il doit être exclusivement de nationalité ivoirienne, né de père ou de mère ivoirien d’origine ». A la lecture de cet article, on pourrait déjà conclure que le chef d’Etat ne remplit pas les conditions légales pour présenter sa candidature à l’échéance électorale de 2020, dans la mesure où le mandat relatif à sa rééligibilité est déjà en cours. Se présenter en 2020 serait de ce point de vue perçue comme une violation de lois fondamentales du pays mais c’est très loin d’être le cas. Le mandat présidentiel d’Alassane Ouattara en 2020, si toutefois il envisageait de se présenter, serait tout à fait légitime si l’on se base sur le principe de la non rétroactivité de la loi.
Avec l’adoption de la nouvelle constitution par voie référendaire le 30 octobre dernier, le pays s’est doté d’une législation toute neuve qui, par conséquent fait fi des lois antérieures et du passé. Le chef d’Etat ivoirien pourrait très bien s’appuyer sur le principe de la non rétroactivité de la loi pour présenter sa candidature à l’élection présidentielle de 2020, d’autant plus que la limite d’âge pour être éligible a été supprimée dans la nouvelle constitution ivoirienne. La voie semble donc dégagée au président Ouattara pour un troisième mandat à la tête de la Côte d’Ivoire. Alors qu’il avait clairement signifié sa volonté de céder le fauteuil en 2020, il se retrouve aujourd’hui sollicité par une coalition pour revenir sur sa promesse. Va-t-il reconsidérer sa position si les appels pour un troisième mandat se multiplient ? Voici les scénarios possibles.

Sur la voie d’un nouveau référendum en Côte d’Ivoire ?

L’une des théories les plus probables si Alassane Ouattara décide de se présenter en 2020 serait de soumettre sa candidature aux ivoiriens d’abord à travers un référendum. Cette disposition lui permettrait ainsi d’éviter de passer aux yeux de l’opposition pour un dirigeant venu se maintenir au pouvoir. Mais nous n’en sommes pas encore là, car pour l’heure la déclaration du CLPP-CI reste sans réponse. Mais si les ivoiriens manifestent de plus en plus l’intérêt de confier les rênes du pouvoir à Alassane Ouattara, ce dernier pourrait très bien envisager une possible candidature en 2020, cela en toute légitimité.

8,564 total views, 42 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !