Afrique

Cameroun : 500 milliards de FCfa pour l’organisation de la CAN 2016 et 2019

Le Cameroun a placé l’organisation de la CAN 2016 et 2019 sous le signe de la réussite. Pour organiser ces deux grandes compétitions de football dont l’une est déjà en cours, l’Etat camerounais a voté un budget de 500 milliards de francs CFA.

Après la CAN féminine 2016 au Cameroun, le pays accueillera en 2019 la 32ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations. La 10ème édition de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations de football féminin, qui se déroule au Cameroun depuis samedi et cela jusqu’au 3 décembre prochain, est un test majeur dans la perspective de la version masculine de cette compétition que le pays doit abriter en 2019. Bien qu’étant l’un des pays les plus titrés avec notamment quatre sacres (1984, 1988, 2000, 2002), le Cameroun n’a pas une tradition d’accueil et d’organisation de compétitions continentales majeures. A ce jour, il n’a abrité que la CAN 1972. Depuis lors, plus rien. Quarante-quatre ans se sont écoulés !
Avec la CAN de football féminin qui se joue à Yaoundé et à Limbé, le pays renoue avec les rendez-vous continentaux d’envergure. Cette compétition sera d’ailleurs un test majeur de la capacité du pays à organiser, dans deux ans, la phase finale de la CAN masculine, la plus prestigieuse compétition africaine.

Ce qu’il faut savoir de l’organisation des deux compétitions de football

Le Cameroun a mis les bouchées doubles pour gommer sa cheville d’Achille : les infrastructures. Dans le projet de lois de finances 2016 en cours, il est prévu d’affecter 550 milliards de francs CFA à la construction des infrastructures nécessaires à la tenue des Coupes d’Afrique des nations de football 2016 (féminine) et 2019 (masculine).
Sont projetés notamment la construction de deux nouveaux stades à Yaoundé et à Douala, la réhabilitation des stades omnisports existants de Yaoundé, Douala, Bafoussam et Garoua, l’aménagement extérieur des stades de Limbé et de Bafoussam, ainsi que l’adaptation des infrastructures routières et hôtelières dans et autour des villes concernées.

L’insécurité sur le sol camerounais, le défi majeur des autorités

En marge d’une organisation réussie au niveau des infrastructures, le pays devra faire face à un problème majeur, celui de l’insécurité grandissante due à présence de Boko Haram. Avec le Nigéria et le Niger, le Cameroun fait partie des états africains régulièrement visée par les attaques de la secte islamiste. Le gouvernement devra donc faire des efforts avant l’entame de CAN 2019, une compétition que le pays n’avait plus organisé depuis l’édition de 1972 qui avait été remportée par le Congo face au Mali par le score de 3 buts à 2.

Source: BD/od/APA
 

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut