Rwanda : 121 personnes épinglées en 2016 pour corruption

Les tribunaux rwandais ont jugé et condamné, l’année dernière, 121 personnes reconnues coupables de corruption, selon le bureau du médiateur de la république qui, pourtant, souligne que ce chiffre représente la moitié des justiciables épinglés en 2015 par les juridictions du pays.

Les 121 mis en cause sont pour la plupart des fonctionnaires de l’Etat, des agriculteurs et des automobilistes. Leurs noms, âge et adresses ont été rendus publics sur les sites web du médiateur et du ministère du Travail.

La plus grande affaire mise en cause a concerné un employé de la fonction publique qui a été épinglé pour un pot-de-vin de 54 000 de dollars. Pour ce délit, il a écopé de trois ans de prison plus une amende de 700 000 dollars.

Beaucoup d’autres, en particulier des agriculteurs, des agents de sécurité et des motocyclistes ont été condamnés pour au moins un an de prison pour avoir offert ou reçu des pots-de-vin d’un montant de 2,3 de dollars

La peine la plus lourde a été réservée à un motocycliste commercial à Kigali qui avait été condamné à cinq ans de prison pour avoir offert un pot-de-vin de 1,2 dollar.

Le bureau du médiateur de la république a indiqué que la publication des noms des condamnés a eu un effet dissuasif sur ceux qui pourraient tenter d’escroquer des fonds publics ou d’offrir des pots-de-vin pour des services publics.

« Il y a des indications qui montrent que la publication des noms de ceux qui ont été condamnés pour corruption dissuade les gens. Beaucoup de personnes qui se voit offrir des pots-de-vin ont maintenant tendance à signaler l’incident par ce qu’ils ont compris les conséquences s’ils acceptent », a déclaré Jean Pierre Nkurunziza, porte-parole du Bureau du médiateur de la république.

Selon Transparency International, plus de 1,5 million de Rwandais ont accepté des pots-de-vin en 2016 tandis que les agences gouvernementales locales et la police ont reçu près des deux tiers du total de 35,5 milliards de francs rwandais de pots-de-vin payés durant l’année 2016.

Alors que le nombre de détenus pour corruption a baissé de façon extraordinaire, les circonstances de corruption ont augmenté en 2016, en partie parce que moins de gens ont le courage de signaler les incidents de corruption.

Transparency International a appelé le gouvernement à assurer une plus grande protection des dénonciateurs, un défi sur lequel le Bureau du médiateur est prêt à se focaliser cette année.

« Afin de limiter la corruption, même au haut niveau du service public, nous avons maintenant la loi sur les dénonciateurs qui aide à protéger quiconque nous donne des renseignements, alors que des dispositifs comme l’écoute téléphonique peuvent maintenant être utilisés dans les limites de la loi si nécessaire », a ajouté M. Nkurunziza.

Source: CMW/abj/nbd/cat/APA



1,952 total views, 6 views today


  

 
Haut

Hello !

Vous aimez Cotedivoire.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !