Burkina

Roch Kaboré élu président du Burkina

Les résultats provisoires donnent gagnant l’un des grands favoris du scrutin

Dans la nuit du lundi 30 novembre, la commission électorale indépendante a proclamé la victoire de Roch Kaboré aux présidentielles du Burkina. Selon la Ceni, il aurait obtenu 53,49% du suffrage soit 1.668.169 voix. Quant à son plus sérieux concurrent Zéphirin Diabré, il ne récolte que 924.811 voix, soit un taux de 21,65% exprimé en sa faveur. Ils totalisent à eux deux près de 75% des suffrages. Cette élection qualifiée d’historique représente une grande victoire pour le pays. C’est la première fois qu’accède à la magistrature suprême un civil après plus de 30 ans de régime militaire. Ces résultats ont été transmis au conseil constitution pour validation. Mais pour l’heure, c’est une véritable leçon de démocratie que le peuple burkinabé vient de  donner au continent africain.

Son grand rival accepte les résultats

Les pronostics des observateurs donnaient au coude-à-coude les deux favoris. Certains misaient même sur l’éventualité d’un second tour qui départagerait les deux candidats. Mais à la surprise générale, c’est Kaboré du MPP qui l’emporte dès le premier tour avec plus de la moitié des voix exprimées. Son rival Zéphirin Diabré s’est directement plié au verdict des urnes en adressant officiellement ses félicitations au candidat du MPP.

Ce qui a joué en faveur du nouveau président

Le candidat du MPP, Mouvement du Peuple pour le Progrès s’est donné les moyens de conquérir le fauteuil présidentiel. Le parti de Roch Kaboré est composé d’une coalition de 17 formations politiques du pays. C’est aussi l’un des plus influents membres du régime Blaise dont le départ du CDP en Janvier 2014 a été une grosse censure. Certains partisans de l’ancien pouvoir voient même en lui l’instigateur de la chute de Compaoré. C’est donc sous le signe de la rupture avec le CDP que le nouveau président avait axé sa campagne. Cette stratégie lui a valu l’assentiment du peuple qui depuis des dizaines d’années aspirait à un pouvoir civil.

La rupture avec le camp Blaise est-elle définitive ?

Le nouvel homme fort du pays des hommes intègres a passé la plus grande partie de sa vie politique auprès de Compaoré. Il a occupé plusieurs postes ministériels et était même pressenti par certains partisans du CDP comme l’un des successeurs de leur leader. Mais la rupture avec son ancien parti ne date que de 2014. Il est donc difficile d’affirmer que la page est définitivement tournée, même si Roch Kaboré se présente comme l’incarnation d’une totale rupture. Sur ce sujet, son rival direct mettait en garde l’électorat du pays contre une éventuelle poursuite des programmes de Blaise par Kaboré. Les jours suivants nous diront si cette rupture est définitive ou pas.

27,313 total views, 27 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut