Congo

Arrestation d’un génocidaire Rwandais au Congo

L’accusé a été interpellé en République démocratique du Congo

Ladislas Ntaganzwa, activement recherché par le Tribunal pénal international pour le Rwanda a été mis aux arrêts pour son implication dans le génocide de 1994. L’information a été donnée ce jeudi 10 décembre par le Mtpi, instance onusienne qui prend en charge le dossier rwandais. Il aurait été interpellé en République démocratique du Congo par les autorités le 9 décembre. Ils sont au total 9 génocidaires présumés coupables dans ce qui est considéré comme l’un des plus grands massacres survenu en Afrique de l’est. L’accusé devra être transféré dans son pays d’origine pour répondre des faits devant la juridiction nationale qui est en charge du dossier des neuf génocidaires depuis 2012.

Une arrestation musclée

Selon les autorités congolaises, l’interpellation de Ladislas Ntaganzwa est survenue à la suite d’un affrontement qui a opposé l’armée régalienne du Congo au FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) le vendredi 4 décembre. L’accusé était retranché dans la région du Nord-Kivu, une zone connue pour sa grande hostilité. Malgré la récompense de 5 millions de dollars mise en jeu pour l’arrestation de chacun des neuf condamnés, il aura fallu l’usage de la violence pour soumettre les rebelles à la volonté du gouvernement rwandais.

Les charges qui pèsent contre lui

Au total, ce sont six chefs d’accusations qui ont été retenus contre Ladislas Ntaganzwa : entente en vue de commettre le génocide, incitation publique et directe à commettre le génocide, génocide, complicité de génocide, violation des conditions de Genève et crimes contre l’humanité. Au moment des faits en 1994, l’accusé exerçait la fonction de maire à Niakyzu, une localité située dans le sud rwandais.

Une possible tension entre la RDC et le Rwanda ?

Dès la diffusion de l’information liée à l’arrestation du présumé génocidaire, le procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda a immédiatement demandé l’extradition du coupable vers son pays d’origine pour y être jugé. Mais la requête d’Hassan Bubacar Diallow n’a pas été accueillie favorablement par les autorités congolaises. La RDC souhaite entendre d’abord l’accusé avant de se décider sur le transfert de Ladislas Ntaganzwa vers la justice rwandaise. Le Rwanda qui s’apprête à subir une réforme constitutionnelle pourrait tomber dans une crise diplomatique avec la RDC si elle tarde à autoriser extradition comme demandé par le procureur gambien.

Les noms des neuf génocidaires activement recherchés

Ils sont considérés comme les individus les plus recherchés de leur pays et vivent pour la plupart retranchés dans des horizons inconnus. Ce sont : Aloys Ndimbati, Augustin Bizimana, Ryandikayo, Félicien Kabuga, Charles Sibukwabo, Pheneas Munyarugarama, Protais Mpiranya, Fulgence Kayishema et l’actuel génocidaire aux mains des autorités congolaises Ladislas Ntaganzwa.

2,539 total views, 22 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut