POLITIQUE

L’avenir de Guillaume Soro menacé ?

Les scandales à répétition augurent des lendemains moins glorieux

L’avenir de Guillaume semble sur l’échiquier politique ivoirien est en demi-teinte depuis quelques mois. Pressenti comme l’un des successeurs du président Alassane Ouattara, l’homme est depuis le mois de septembre sous les feux des projecteurs et multiplie les scandales diplomatiques. L’atout majeur qu’il était pour le président ivoirien depuis la fin de crise post-électorale en avril 2011 devient aujourd’hui encombrant voire gênant pour les autorités ivoiriennes. Ses échauffourées avec le Burkina Faso le 27 septembre et récemment avec la justice française le 5 décembre ont conduit ont jeté le discrédit sur son intégrité. Cette  situation pourrait bien profiter à son plus grand rival au sein du parti républicain, le ministre de l’intérieur. Le conflit de succession qui se joue entre ces deux personnalités clés du régime en place vire sensiblement à l’avantage d’Ahmed Bakayoko.

Les dossiers gênants de Soro

Les ennuis commencent pour le président de l’Assemblée nationale ivoirienne avec la diffusion sur Internet d’une  bande d’écoute sonore de 16 minutes. Il s’agit de la conversation téléphonique mettant en cause l’implication du patron de l’hémicycle ivoirien et de Djibril Bassolé dans le putsch manqué du 17 septembre au Burkina Faso. Le démenti formel des deux protagonistes n’as pas levé le verrou du doute qui pèse sur eux. L’authenticité de l’enregistrement a même été confirmée par un officiel burkinabé, le très influent premier ministre Zida du gouvernement transitoire. La résidence de Soro à Ouagadougou a même été perquisitionnée et la justice a mis aux arrêts l’ancien ministre des affaires étrangères Djibril Bassolé. Le mandat d’amener émis contre le parlementaire ivoirien le samedi 5 décembre par la juge d’instruction Sabine Kheris a enfoncé le clou des ennuis. Cette convocation devant la justice française a jeté l’effroi sur un parcours politique jusque-là exceptionnel. Même si les autorités ivoiriennes sont parvenus à minimiser ces incidents diplomatiques, Le chef de l’Assemblée nationale sort tout de même fragilisé de ces crises.

Son avenir politique est-il joué d’avance ?

La scène politique est quotidiennement animée par des scandales de corruption ou de complots. D’ordinaire, les soupçons au niveau national sont considérés le plus souvent comme des manœuvres faisant partie du jeu politique. Mais les scandales qui secouent l’actuel chef de l’hémicycle ivoirien revêtent une dimension bien plus importante. Ce dernier est au centre d’incidents diplomatiques avec d’autres pays, ce qui donne une plus grande portée à ces scandales. Prendre ses distances avec l’un de ses plus grands atouts pour préserver l’image du pays ou le soutenir au risque d’accentuer probablement les heurts diplomatiques : telle est l’équation du moment à résoudre pour les autorités ivoiriennes.

12,908 total views, 112 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut