POLITIQUE

Référendum cote d’ivoire : Pourquoi le ‘’non‘’ peut l’emporter ?

Non au référendum

« OUI », « NON » sont les deux mots référents affecter à la suite du référendum de la nouvelle constitution. Pendant que le gouvernement fait des appels pour un vote massif du « OUI », l’opposition de son côté ne reste en marge. Des meeting et marches sont organisés afin de convaincre leurs partisans à voter « NON » à la nouvelle constitution ivoirienne ou encore de répondre par un fort taux d’abstention.
« Tout ça, c’est des conneries! Ce qui nous intéresse c’est la vie chère, sortir de la pauvreté. Les riches sont plus riches et les pauvres restent pauvres. La Constitution ne va rien changer, Je n’irai pas voter », propos de Bamory Koné, mécanicien interrogé par Abidjan.net. La vérité du quotidien des ivoiriens serait différente, et non traité par cette nouvelle constitution dite « constitution de la modernisation ».
La société civile qui s’est exprimé sur le sujet par la voix de Monsieur Christophe Kouamé a dit avec des mots un peu plus clairs, que le peuple concerné par cette constitution n’a encore bien cerné tous les différents textes. En effet, après le passage de son équipe sur près de 26 localités de la côte d’ivoire, il a fait le constat de l’incompréhension des textes par la population. Pour Monsieur Kouamé, de l’exécutif à l’opposition les dirigeants ont commis l’erreur de politiser le débat ce qui a pu créer une ambiance assez tendue et particulière autour de la question du changement de la constitution. Et qui a fait perde de vu l’enjeu essentielle de cette campagne pré-référendum. C’est avec un scepticisme prononcé sur le taux de participation qu’il a énoncé ces propos

« Les populations en voie de paupérisation ne comprennent pas toujours l’intérêt de cette réforme. Pour elles, l’urgence est avant tout de faire en sorte qu’elles puissent manger tous les jours. Certains ne comprennent pas non plus l’intérêt de créer un Sénat, de créer un poste de vice-président. Pour eux, cela coûtera de l’argent, des fonds qui pourraient être investis pour lutter contre la pauvreté. D’autres électeurs rencontrés ne savaient même pas qu’un référendum sur la Constitution aura lieu ce dimanche 30 octobre.»

Qu’attendre d’une population qui jusqu’à ces dernières heures de campagnes ne se retrouvent pas dans des textes dis écris pour elle et dans son intérêt premier ? La victoire d’un « NON » caractérisé par un taux d’abstention très grand se fait plus probable.

1,062 total views, 7 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut