POLITIQUE

Burkina: liberté pour Luc Adolphe Tiao

Luc Adolphe Tiao, le dernier Premier ministre de l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré, qui était en prison depuis plus deux de mois pour son rôle présumé dans la répression de l’insurrection populaire de fin octobre 2014, a bénéficié vendredi soir d’une liberté provisoire, a-t-on appris samedi de sources médiatiques.

Luc Adolphe Tiao avait été inculpé et incarcéré le 16 septembre dernier, quelques jours seulement après son retour volontaire d’un an et demi d’exil en Côte d’Ivoire.

Entre autres charges, il était accusé «d’assassinat, de coups et blessures volontaires et de complicité de tous ces actes» par la Haute Cour de justice.

M. Tiao a été particulièrement mis en cause pour avoir signé le 30 octobre 2014, une réquisition spéciale appelant l’armée à «assurer le maintien de l’ordre par tous les moyens, y compris l’usage des armes».

Un haut magistrat de la Haute cour de justice (HCJ) qui aurait ordonné sa libération, a indiqué à l’AFP que «l’enquête est presque terminée et sa détention n’est plus nécessaire à la manifestation de la vérité».

L’ex-PM et l’ensemble des 33 membres de son gouvernement y compris le président Blaise Compaoré – qui occupait en plus de la présidence les fonctions de ministre de la Défense – ont tous été mis en accusation en juillet 2015 devant la HCJ par le Conseil national de la transition (CNT), l’assemblée intérimaire mise en place après la chute du régime de Compaoré.

Les ministres du dernier gouvernement de M. Tiao qui vivent actuellement au Burkina Faso ont tous été inculpés et laissés en liberté avec interdiction de quitter le pays.

L’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, à l’origine de la chute de Blaise Compaoré, a occasionné au total 33 morts et des centaines de blessés.

Source : ALK/cat/APA

213 total views, 21 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut