in

Fresh life toilet : une solution contre l’insalubrité au Kenya

SANERGY, une entreprise américaine a transformé l’environnement de la population kényane par la mise en place du « business des toilettes » d’où la réduction de l’insalubrité dans les bidonvilles de Nairobi.

Le Kenya est un pays de l’Afrique de l’Est dont la majorité de la population (environ 60%) vit dans des bidonvilles : dans des maisons faites de bois où les sachets plastiques font office de fenêtres. Les rues sont en terre et dépourvu de canalisation. L’absence de sanitaire dans les maisons conduit certains habitants de ces bidonvilles à creuser des trous dans le sol pour y faire leurs besoins. D’autres utilisent les sacs en plastique puis les jettent dans les cours d’eau pour s’en débarrasser. Ainsi, la population vit dans un environnement très pollué ce qui entraîne un fort taux de contamination des maladies telles que le choléra, le paludisme et bien d’autres.

L’entreprise Sanergy, après une évaluation du mode de vie de cette population a mis en place le business des toilettes pour lutter contre l’insalubrité et donner du travail à la population afin d’améliorer leur situation financière.

Les habitudes changent

Le ‘fresh life toilet’ est un sanitaire pour hommes et femmes fabriquées, avec un matériel de haute qualité, par les ingénieurs de Sanergy. Il est très hygiénique et facile à entretenir. Les excréments sont recueillis dans des fûts qui sont remplacés et convoyés dans des containers chaque jour par les agents de Sanergy. L’installation à proximité de la population et les faibles coûts d’utilisation de ces toilettes facilitent leur accessibilité.
L’entreprise Sanergy a développé une relation intime avec les habitants et les clients du ‘fresh life toilet’. Par exemple, à l’achat d’une latrine ‘fresh life’ le client a droit à une formation sur le mode d’emploi et la maintenance des toilettes. La communication avec les utilisateurs de ces toilettes est nécessaire car elle permet de recueillir les différents avis de la population sur ce nouveau système. Le ’’fresh life toilet’’ est utilisé à titre commercial. Les clients achètent les toilettes et les mettent à la disposition de la population en contrepartie d’une somme d’argent pour chaque utilisation. C’est un commerce profitable pour les petits entrepreneurs. Certaines familles avec un peu de moyen achètent le ‘fresh life toilet’ à titre privé pour le bien de toute la famille. Les écoles, les églises, les hôpitaux en font de même afin de préserver l’environnement sain et agréable.
Désormais les habitants de ces bidonvilles n’ont plus recours aux sacs en plastique pour leur besoin, maintenant ils utilisent des toilettes saines à moindre coût.

Un recyclage bénéfique pour tous

Les excréments recueillis dans les containers du ‘fresh life toilet’ sont convoyés vers un centre de traitement. Une fois au centre, ils sont mélangés à d’autres produits pour fabriquer de l’engrais organique de haute qualité. Cet engrais est testé selon le standard de l’organisation mondiale de la santé avant d’être vendu aux fermiers.
Les excréments recyclés servent aussi à fabriquer des insectes pour l’alimentation d’animaux d’élevage et à fabriquer du bio gaz. Le biogaz sera brûlé dans les moteurs de cogénération pour produire de l’électricité. Le KPLC et le réseau national rachète cette électricité par le biais d’accords pour la production d’un système d’électricité à long terme.

Le prix élevé de l’engrais en Afrique est dû au fait que la demande est généralement supérieure à l’offre. Car l’Afrique, continent où l’économie de plusieurs pays dépend fortement de l’agriculture, a un besoin énorme d’engrais.
Sanergy, par son système de recyclage vient appuyer les entreprises de fabrication d’engrais afin de satisfaire la demande. Avec Sanergy tout excrément peut être valorisé.

Merci de donner une note

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Le Togo entre dans la sphere des jeux vidéo

Mivasocial est un réseau social pensé pour l’Afrique et par les Africains