Côte d’Ivoire : Grève des chauffeurs de Gbaka après la mort d’un apprenti

Circulation difficile ce lundi en début de matinée dans la commune de Port-Bouët, en raison d’une grève initiée par les chauffeurs de Gbaka sur le tronçon reliant la commune de Treichville à la ville de Bassam. Selon les informations dont nous disposons, ces conducteurs bien connus dans le milieu du transport en commun en Côte d’Ivoire protesteraient contre la mort d’un apprenti tué par des chercheurs de passagers travaillant pour le compte des syndicats de transport.

Une grève considérée par certains comme un simple mouvement d’humeur, mais qui s’invite tout de même au cœur de l’actualité de ce lundi en Côte d’Ivoire. En début de matinée ce 21 août, la circulation était partiellement paralysée sur l’axe Treichville Bassam en raison d’un mouvement d’humeur initié par des chauffeurs de véhicule de transport couramment appelés ‘‘Gbaka’’ dans les communes d’Abidjan. Pour exprimer leur mécontentement, les grévistes ont arrêté plusieurs véhicules de transport et sommé les passagers de descendre. Cette colère de ces acteurs du transport en commun intervient quelques jours après la mort d’un apprenti, tué pour avoir refusé de payer le droit de chargement exigé par les chercheurs de passagers au compte des syndicalistes. Cette grève qui a partiellement perturbé le trafic dans la matinée de ce lundi était donc une manière pour les chauffeurs de protester contre la mort de ce jeune apprenti lynché à mort par ses bourreaux qui étaient au nombre de 6 selon les témoignages que nous avons recueillis.

La régularisation du domaine du transport commune, une épine au pied des autorités

Chauffeurs de véhicule de transport en commun et syndicalistes ne sont pas toujours sur la même longue d’onde en Côte d’Ivoire. Et bien souvent, le dernier mot revient aux syndicalistes qui représentent les conducteurs à travers plusieurs associations. Les disputes entre apprentis de Gbaka et conducteurs et chercheurs de passagers travaillant pour les syndicalistes ne sont pas un fait nouveau. Mais la semaine dernière, une limite a été franchie avec la mort d’un apprenti tabassé par six employés travaillant pour les syndicalistes au motif de désaccord sur le droit de chargement. Pour la petite histoire, ces chercheurs de passagers communément appelés ‘‘Gnambros’’ par les abidjanais perçoivent un droit lors du chargement des Gbakas. Et il arrive très souvent que les apprentis et gnambros se disputent sur le montant du droit en question mais ces disputes ont rarement dégénéré à la violence à laquelle plusieurs témoins ont assisté le 17 août dernier au grand carrefour de Koumassi. Pour de nombreux passagers, le désordre qui règne dans le milieu du transport en commun serait à l’origine de la bagarre qui a coûté la vie à l’apprenti Gbaka la semaine dernière. Le gouvernement n’a toujours pas trouvé la formule pour régulariser le secteur du transport en commun gérée d’une main de fer par les syndicalistes. Cette grève des chauffeurs censée attirer l’attention des autorités sur l’indiscipline qui règne dans ce secteur est un cri de cœur qui passera probablement inaperçu.

269 total views, 2 views today


  
Haut

Hello !

Vous aimez Scandale.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !