SOCIETE

Côte d’Ivoire : Incendie au campus de Cocody

Des bâtiments administratifs et des documents partis en fumée

Un incendie a éclaté le samedi 05 décembre 2015 au sein de l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan. C’est le bâtiment de la scolarité qui a été pris pour cible par des individus non identifiés. Selon toute vraisemblance, il s’agirait d’une manœuvre dirigée par certains syndicats d’étudiants contre la décision de radiation de leurs responsables. Depuis le mois de novembre, la plus grande université ivoirienne est en proie à des violences. C’est un véritable foyer de contestation depuis la mort de l’étudiant Konin Wilfried Christian, décès survenu le vendredi 21 novembre 2015. Un véritable bras de fer oppose deux des plus grands syndicats d’étudiants aux instances gouvernantes. Les associations syndicales impliquées sont la Fesci et l’Ageeci. Après ces bâtiments incendiés, les autorités ivoiriennes pourraient durcir les sanctions contre les syndicats à l’œuvre.

Des dégâts matériels

Le bâtiment abrite l’ensemble des documents administratifs et une partie de la base des données des étudiants. Selon certains témoins, l’incendie aurait commencé aux environs de 4 heures du matin. Le feu ne s’est pas propagé donc les dégâts ont été limités. A la veille, une violente manifestation d’étudiants avait paralysé la journée du vendredi précédant l’incendie. Des véhicules appartenant à certains dirigeants du campus présents ce jour-là avaient été saccagés. De leur côté, les autorités ont renforcé les mesures de sécurité autour de l’université.

Les deux syndicats mis en cause

A l’origine de cette escalade de violence depuis la mi-novembre, des affrontements qui ont éclatés entre deux mouvements syndicaux : la Fesci et l’Ageeci. A la suite de cette bagarre qui aurait déclenchée le 18 novembre dernier, un étudiant a trouvé la mort. Le conseil de l’université prend des sanctions contre treize responsables liés à ces syndicats qui se voient radiés de l’effectif des étudiants. Mécontents, les syndicats d’étudiants concernés se lancent dans une véritable perturbation des cours, jugeant inappropriées les décisions prises par le conseil. Plusieurs voix importantes du pays s’étaient levées pour exiger la dissolution de quelques associations d’étudiants, notamment la Fesci. Avec cette nouvelle escalade de la violence en milieu estudiantin, les autorités pourraient durcir le ton.

A quelles sanctions doivent s’attendre les deux syndicats ?

Suite aux récents affrontements survenus sur le campus, les deux associations avaient été momentanément suspendus et certains de leurs responsables renvoyés. Mais avec ce nouvel épisode, les autorités pourraient aller plus loin dans les sanctions. Parmi les options envisagées, on pourrait évoquer la dissolution tant réclamée de ces associations. Mettre fin au syndicalisme ne serait-ce pas empiéter sur les droits des étudiants ?

44,674 total views, 164 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut