SOCIETE

Noix de cajou : la production s’effondre en Côte d’Ivoire

noix-de-cajoux-cote-d-Ivoire-arbre

La campagne 2016 démarre dans l’inquiétude pour le premier pays producteur d’anacarde

Les producteurs de noix de cajou font grise mine en raison de la menace qui pèse sur la campagne 2016 en Côte d’Ivoire. Le plus gros exportateur d’anacarde a démarré la nouvelle saison sur fonds d’inquiétude. Malgré une production record estimée à 725.000 tonnes cette année, le volume d’exportation a considérablement chuté par rapport à 2015. Cette baisse s’explique par la montée en puissance des réseaux de vente clandestine vers les pays frontaliers et aussi par les mauvaises conditions climatiques.

Désillusion autour de la nouvelle campagne d’anacarde

La noix de cajou est confrontée à une crise majeure en dépit de la production record que la Côte d’Ivoire a enregistrée à l’ouverture de la campagne 2016. Avec près de 725.000 tonnes produites cette année, le plus gros exportateur au monde d’anacarde a vu son taux d’exportation reculer d’environ 40% par rapport à la saison 2015. Deux facteurs principaux sont à l’origine de cette baisse aux lourdes conséquences financières pour le gouvernement ivoirien : la tendance de certains producteurs à exporter leurs récoltes vers des pays frontaliers et le climat qui n’a pas été du tout clément envers les paysans ivoiriens.

La noix de cajou s’exporte clandestinement en Côte d’Ivoire

Ces dernières années, certains producteurs ivoiriens ont pris la fâcheuse tendance à revendre de façon clandestine leur production d’anacarde vers les pays voisins. A raison d’un prix d’achat nettement supérieur au coût fixé par le gouvernement ivoirien cette année (350 francs CFA le kilo), les paysans préfèrent s’orienter vers l’extérieur pour s’assurer de gagner plus d’argent. Cette situation entraîne naturellement une chute des recettes fiscales sur la filière et pourrait même porter préjudice au rang de leader mondial qu’occupe la Côte d’Ivoire devant l’Inde, second producteur mondial.

La production ivoirienne menacée par le phénomène ‘‘El Nino’’

A côté du réseau de vente clandestine, la noix de cajou fait aussi face à un phénomène climatique dévastateur : ‘‘El Nino’’. Cette perturbation météorologique menace plus de 50 millions de personnes cette année selon une étude réalisée par Oxfam. Pour les producteurs ivoiriens, cela se traduit par un retard fort pénalisant lors de la récolte 2016.

L’anacarde, une filière en pleine croissance au pays

La Côte d’Ivoire occupe la première place mondiale de production d’anacardiers eu égard des performances remarquables réalisées ces dernières années. De 564.780 tonnes produites lors de la campagne 2014, le pays est passé à 702.000 tonnes l’année suivante avant de franchir pour 2016 un nouveau record en 2016 (725.000 tonnes). A ce jour, plus d’un million de personnes vivent grâce à la filière qui joue manifestement un rôle fondamental dans la lutte contre le chômage.

Droit d’auteur image de couverture : http://fr.123rf.com/profile_afhunta

8,723 total views, 18 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut