in

Le décès de Laurent Pokou, la tâche noire d’une année sportive en or avec le taekwondo

Si les taekwondo-ins Cheick Sallah Junior Cissé, Ruth Marie Christelle Gbagbi et Fatimata Brigitte Diasso ont écrit les plus belles pages de l’histoire du sport de la Côte d’Ivoire en 2016, en remportant chacun une médaille lors des derniers Jeux olympiques et paralympiques qui se sont déroulés en août et en septembre à Rio de Janeiro au Brésil, le décès de Laurent Pokou, la légende du football ivoirien a marqué la mémoire des sportifs en Côte d’Ivoire.

Laurent Pokou décédé le 13 novembre 2016, ancienne gloire du football en Côte d’Ivoire, a marqué la mémoire des sportifs en Côte d’Ivoire.
Le triple champion d’Afrique et vice-champion du monde par équipe puis médaillé d’or olympique, l’Ivoirien de 23 ans Cheik Sallah Junior Cissé est assurément le sportif le plus titré de l’année 2016.

Il a accompli son plus grand exploit de l’année lors des Jeux olympiques (JO) de Rio 2016 où il a battu (8-6) le Britannique Lutalo Muhammad, le champion d’Europe 2012, en finale de la discipline du Taekwondo dans la catégorie des moins de 80 kg.

Cette victoire acquise par l’Ivoirien dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 août à la dernière seconde du combat, a permis à celui-ci d’offrir à son pays sa toute première médaille d’or olympique de l’histoire.

Avant les JO Rio 2016, la Côte d’Ivoire ne détenait qu’une seule médaille d’argent conquise en 1984 par le défunt sprinteur Gabriel Ticaoh lors des JO de Los Angeles (USA).

Au mois de novembre dernier, Cheick Sallah Junior Cissé a été désigné meilleur athlète africain des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro 2016 par l’ensemble des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA). Le médaillé d’or a reçu à cet effet un trophée des mains de l’ACNOA, au cours d’une cérémonie au Qatar.

De son côté, la taekwondo-in Ruth Marie Christelle Gbagbi (23 ans) a également rejoint l’élite en s’adjugeant une médaille de bronze dans la catégorie des -67 kg Dames aux JO Rio 2016. La jeune Gbagbi a offert à la Côte d’Ivoire sa 3è médaille olympique de son histoire, à l’issue du match de classement qui l’a opposé à l’Azerbaïdjanaise Farida Azizoua.

Repêchée après sa défaite face à la française Haby Niaré en quart de finale, l’Ivoirienne Ruth Gbagbi, a d’abord battu (7-2) l’haïtienne Aniya Necol Louissaint avant d’étrier en match comptant pour la quatrième place, Farida Azizoua par 7 points à 1.

L’année finissante, 2016, a été également marquée sur le plan sportif par la médaille d’argent obtenue par Fatimata Brigitte Diasso lors des 15è Jeux paralympiques qui se sont déroulés entre le 7 et le 18 septembre à Rio de Janeiro au Brésil.

Brigitte Diasso a offert à la Côte d’Ivoire l’unique médaille de ces Jeux, en remportant l’argent, à l’issue de la finale du saut en longueur féminin T11 (handicap visuel, cécité totale). L’Ivoirienne a terminé à la 2è place du classement général en réussissant un saut de 4m89.

Malheureusement, la joie de ces performances olympiques des trois athlètes a été de courte durée chez les sportifs ivoiriens, visités par la mort à la mi-novembre, avec le décès de l’ancienne gloire du football ivoirien, Laurent Pokou.

De son vrai nom N’dri Pokou Laurent, il s’est éteint, le dimanche 13 novembre, à la Polyclinique internationale Sainte Anne-Marie (PISAM) où l’ex-attaquant vedette des Éléphants de Côte d’Ivoire luttait contre  »un mal pernicieux depuis un mois », selon des sources familiales.

Laurent Pokou (69 ans) plus connu sous les sobriquets de  » l’Empereur baoulé » en référence à ses origines baoulé ou  » l’homme d’Asmara » pour avoir illuminé, de son incomparable talent, la Coupe d’Afrique des nations de football avec la sélection ivoirienne en 1970 en Éthiopie.

Avec ses 70 capes, Laurent Pokou demeurait jusqu’à son décès, la légende vivante du football ivoirien dont il fut le digne ambassadeur en France où il a laissé ses empreintes au Stade Rennais , d’où cet autre sobriquet de ‘’Duc de la Bretagne’’ puis à l’AS Nancy Lorraine après avoir porté à bout de bras, son club de cœur, l’Asec Mimosas d’Abidjan qu’il a conduit au firmament du football ivoirien.

Jeudi dernier, une pluie de stars du football africain et mondial a rendu un vibrant hommage, le temps d’un match de gala au stade Robert Champroux de Marcory, à cette virtuose du football. De Didier Drogba à Daniel Cousin en passant par EL Hadj Diouf ou Bernard Lama…, tous ont célébré l’ancien buteur des Eléphants de Côte d’Ivoire, de l’Asec, du Stade Rennais et de l’As Nancy Lorraine. Son inhumation est prévue pour le premier trimestre 2017.

Source:CK-HS/ls/APA

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Rugby Afrique satisfaite du bon déroulement du Tri Nations du Maghreb

Fasofoot : Seydou Zerbo dit « Krol » en pompier à l ‘ASFA-Yennenga