in

Côte d’Ivoire : Les familles des victimes d’Arrah portent plainte contre la gendarmerie

Le mercredi 31 mai, le directeur d’exploitation de la Sipofu a tenu une conférence de presse sur la bavure des gendarmes ivoiriens qui a coûté la vie à 5 agents de la pompe funèbre. Après avoir donné sa version des faits sur l’incident du samedi dernier dans la localité d’Arrah, Mr Tiémé Dominique a également annoncé que les familles des victimes envisagent de porter plainte contre la gendarmerie.

Drame dans la petite ville d’Arrah

Un peu plus de 4 jours après la bavure des gendarmes qui a coûté la vie à 5 agents de la Sipofu dans la localité d’Arrah en Côte d’Ivoire, le directeur d’exploitation de société ivoirienne de pompe funèbre a animé une conférence de presse mercredi. Face aux nombreuses versions de la tragédie qui circulent actuellement dans la presse et sur la toile, Tiémé Dominique a durant sa conférence donner la version officielle de la Sipofu. Sur les 6 six agents de la société funèbre qui ont été pris dans une embuscade de la gendarmerie, l’un d’eux a réussi à s’échapper malgré les multiples blessures infligées par l’assaut des gendarmes de la localité d’Arrah. Après avoir réussi à s’échapper, ce dernier aurait contacté leur responsable de la Sipofu à Abidjan pour l’informer de la tragédie qui a eu lieu pendant leur retour à Abidjan. A en croire les explications données par le directeur d’exploitation de la société des pompes funèbres, cette bavure des gendarmes aurait probablement pu être évitée si ces derniers avaient pris le soin d’appréhender les agents de la Sipofu de manière pacifique.

La version de la Sipofu au sujet de la bavure des gendarmes à Arrah

« Après la levée du corps de la défunte Adjoua le 26 mai, sa famille a sollicité nos services pour la manutention de la dépouille jusqu’à son enterrement. Nous avons désigné 6 de nos agents porteurs et loué une voiture Toyota Pick Up, 7 places d’un partenaire. Nous avons offert une voiture Mercedes pour porter le cercueil jusqu’à Andé, le village de la défunte dans la sous-préfecture de Bongouanou ; soit deux véhicules et sept personnes pour la mission », telles sont les propos de Tiémé Dominique, le directeur d’exploitation de la Sipofu, dans les colonnes du quotidien Connectionivoirienne. Durant sa conférence de presse, le responsable de la Sipofu a étayé sa version des faits avec le témoignage du sixième agent de la pompe funèbre qui a réussi à échapper à l’embuscade tendue par les gendarmes :
« Avant d’aller à Arrah, je me suis rendu à la brigade de gendarmerie de Yopougon pour plus d’information. Celle-ci m’informe qu’effectivement des bandits ont été abattus à Arrah. Je rentre en contact avec la pompe funèbre sœur d’Arrah qui me confirme la présence des corps avec des tenues Sipofu. A Arrah, le même dimanche, le préfet de région me montre un sms du commandant de brigade de la gendarmerie lui disant que lui et ses éléments venaient de neutraliser 6 bandits. Chers camarades de la presse, mes jeunes gens ont été abattus froidement dans l’exercice de leur fonction. »,
a indiqué Mr Tiémé Dominique. Malgré les propos rassurants du commissaire du gouvernement, le directeur d’exploitation de la société funèbre a fait savoir que la « Sipofu, les familles et le syndicat des pompes funèbres de Côte d’Ivoire vont porter plainte.».

Epidémie Ebola : un nouveau vaccin attendu en RDC après l’essai en Guinée

REPLAY 17 11 2017

Michel Fize avec son livre “Merci Will, et à bientôt”