Accueil Actu Affaire agrobusiness : mandat d’arrêt international contre Christophe Yapi

Affaire agrobusiness : mandat d’arrêt international contre Christophe Yapi

La justice ivoirienne a mis un mandat d’arrêt international contre des plusieurs responsables de sociétés d’agrobusiness en Côte d’Ivoire selon des documents officiels parvenus à notre rédaction ce jeudi 16 février 2017. Après avoir révélé au grand jour l’arnaque opérée par ces sociétés proposant de juteux placements financiers dans le domaine agricole, plusieurs responsables avaient été interpellés par la justice ivoirienne pour délit d’escroquerie. L’Etat de Côte d’Ivoire a immédiatement gelé les avoirs des 27 sociétés qui opéraient dans ce domaine d’activités avant de lancer des avis de recherche contre leurs responsables dont Christophe Yapi, le patron de Monhevea.com et aussi de l’entreprise AGRONOMIX S.A, deux structures très réputées dans le domaine des placements financiers agricoles.
Si l’Etat avait annoncé hier mercredi qu’il s’engageait au remboursement des 36.699 souscripteurs à l’agrobusiness CI sur la base du capital investi, les poursuites entamées en revanche contre les 19 autres responsables n’ont pas été abandonnées. Le mandat d’arrêt international émis contre certains responsables dont Christophe Yapi témoigne de la détermination du gouvernement ivoirien à faire toute la lumière sur le réseau d’arnaque mis en place par les sociétés d’agrobusiness, d’autant plus que certains souscripteurs avaient accusé l’Etat ivoirien d’avoir voulu détourné leurs investissements au motif d’avoir annoncé dans un premier temps que les remboursements se feraient « sur la base des fonds disponibles. ».

Yapi Christophe Honoré poursuivi pour deux délits majeurs

Le mandat d’arrêt international émis par la justice ivoirienne contre Christophe Yapi et les autres DG en fuite datent en réalité du 30 janvier dernier. Reconnu comme le principal suspect dans l’affaire agrobusiness en Côte d’Ivoire, le patron des structures Monhevea.com et AGRONOMIX S.A est poursuivi pour deux délits majeurs. Sur le document officiel du mandat d’arrêt transmis à notre rédaction, il est clairement mentionné que Christophe Yapi est « inculpé d’escroquerie portant sur des sommes non encore évaluées et de blanchiments de capitaux ». A titre de rappel, le gouvernement avait émis dans son enquête sur l’escroquerie mise en place par les sociétés d’agrobusiness en Côte d’Ivoire la théorie selon laquelle plusieurs sociétés opérant dans ce domaine seraient impliqués dans des réseaux de blanchiment d’argent. Aux dernières nouvelles, le principal suspect accusé d’avoir détourné des milliards de francs CFA serait probablement en France, pays où il aurait été vu pour la dernière fois.
Ce que disait M. Yapi sur YouTube le 28 janv. 2017 :

> Lire aussi  Mali : Deux homosexuels pris en fragrant délit dans un hôtel, lynchés

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.