in

Afrique Infos News : manifestations au Ghana contre un accord de défense avec les USA

Depuis son accession au pouvoir, Nana Addo vient sans doute de faire face à sa première véritable fronde politique au Ghana avec cette manifestation de l’opposition contre un accord de défense signé avec les USA.

Ils étaient des centaines de ghanéens vêtus en rouge, majoritairement des militants du Congrès National Démocratique (NDC), à descendre dans les rues, pancartes à la main pour dénoncer cet accord qui prévoit la construction d’une base américaine sur le territoire ghanéen.

A la une des Infos News d’Afrique, des manifestations au Ghana contre le gouvernement Nana Addo. L’actualité en Afrique de l’ouest est dominée par les protestations contre un accord de défense signé entre le gouvernement ghanéen et les Etats-Unis. Si tous les termes de l’accord militaire entre les deux pays ne sont pas connus, cette coopération américano-ghanéenne prévoit la construction d’une base militaire américaine sur le territoire ghanéen, une base dont la construction est vivement contestée par l’opposition ghanéenne. Dans la journée du mercredi, des centaines de partisans issus de la National Democratic Congress (NDC), sont descendus dans les rues pour manifester contre cette présence militaire américaine sur le sol ghanéen. Sur les pancartes brandies par les manifestants on pouvait lire ‘‘créez des emplois et non des base militaires’’, ‘‘gouvernement incompétent accord incompétent’’ ou encore ‘‘Akufo-Addo ne doit pas vendre le Ghana’’. Cette manifestation a été organisée mercredi à la suite de l’approbation de l’accord de défense entre le Ghana et les Etats-Unis par le gouvernement, un texte qui avait été auparavant validé par le Parlement ghanéen. Mais officiellement, les autorités ghanéennes et américaines ont nié la création de cette base militaire en marge de cet accord de défense militaire entre les deux Etats. Toutefois, l’Ambassade américaine au Ghana a récemment annoncé l’octroi d’un financement de 20 millions de dollars aux autorités du pays pour contribuer au renforcement de son dispositif militaire. L’un des opposants à l’actuel régime, Koku Anyidoho a été interpellé par la police pour avoir appelé à « un coup d’Etat civil » avant cette manifestation qui fait la une l’actualité africaine .

Un accord militaire confus

Tous les termes de cet accord qui suscite tant la polémique ne sont pas connus mais des médias ghanéens affirment que cet accord offre un accès aux américains à plusieurs installations militaires ghanéennes. Toujours selon les médias ghanéens, cette coopération militaire entre les deux pays exonèrera les Etats-Unis de plusieurs taxes sur les équipements militaires au Ghana. L’ancien président ghanéen, John Dramani Mahama, s’est exprimé depuis son compte Facebook officiel sur cette coopération militaire entre son pays et les Etats-Unis. Sans détour, l’ancien président ghanéen a apporté son soutien à l’opposition qui exige l’annulation de cet accord de défense militaire : « Je me joins au mot d’ordre #GhanaFirst, au moment où mes compatriotes et d’autres forces démocratiques convergent pour manifester leur opposition à l’accord militaire entre le Ghana et les États-Unis ». Malgré les pressions de l’opposition, le gouvernement n’a toujours annoncé l’annulation de cette coopération militaire américano-ghanéenne. A la différence de plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest frappés par le terrorisme, le Ghana reste pour l’heure un havre de paix.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Assassinat du caporal Arthur Noyer : les aveux de Nordahl Lelandais

Côte d’Ivoire : qui contrôlera le premier sénat ivoirien ?