in

Le monde Afrique : le maire de Dakar condamné à 5 ans de prison

Pour ses partisans, il s’agit d’une manœuvre politique pour empêcher Khalifa Sall, le maire de Dakar de se présenter aux élections présidentielles sénégalaises prévues pour 2020.

Ce vendredi, la sentence est tombée pour le maire de la ville de Dakar accusé par la justice sénégalaise de malversation financières. Si les partisans de Khalifa Sall l’ont accueilli avec de vives acclamations à son entrée au tribunal, l’ambiance joviale a donné lieu plus tard à la colère et la tristesse après la lecture du délibéré par le juge, condamnant Khalifa Sall à cinq ans de prison ferme assorti d’une amende.

A la une du monde Afrique ce vendredi, la condamnation à la prison ferme du maire de Dakar accusé de ‘‘détournement de fonds. L’actualité africaine de dernière minute est dominée par cette décision tant attendue tombée ce vendredi concernant le procès du maire de Dakar inculpé pour malversation financière. C’est l’épilogue d’un procès qui dure depuis un an, un procès politique selon les partisans de Khalifa Sall, le maire de Dakar arrêté puis placé sous mandat de dépôt à la prison de Rebeuss depuis mars 2017 pour malversation financière. Après une année de marathon judiciaire, la justice sénégalaise finalement rendu son verdict dans l’affaire qui l’oppose à Khalifa Sall, le maire de Dakar. Le premier magistrat de la ville de Dakar a été condamné à 5 ans de prison ferme ‘‘escroquerie portant sur des fonds publics’’, ‘‘faux et usage de faux’’. En revanche, les autres charges qui avaient été retenues contre lui, à savoir « blanchiment d’argent et association de malfaiteurs ». Condamné à cinq de prison ferme, Khalifa Sall écope aussi d’une amende de 5 millions de francs Cfa (environ 7600 euros). Selon le juge, le maire de Dakar a en toute conscience « apposé sa signature au verso de 110 fausses factures de mil et de riz avec la mention vu, vérifié, liquidé… En certifiant les factures qu’il savait fictives, Khalifa Sall avait conscience de la manœuvre », a souligné le juge Malick Lamotte.

Un procès politique ?

Si le Parquet avait requis 7 ans de prison ferme pour le maire de Dakar accusé de malversation financière, lui et 7 autres collaborateurs, la justice se prononcera sur une peine de 5 ans assortie d’une amende. Avec ses collaborateurs, Khalifa Sall est accusé d’avoir détourné des caisses de la mairie 1,83 milliard de francs Cfa, soit environ 2,8 millions d’euros, entre 2011 et 2015. Les avocats de la défense ont annoncé qu’ils feraient appel de cette condamnation qualifié de procès politique par certains proches du maire socialiste : « Ils lui ont donné une peine de prison pour l’empêcher de se présenter à la présidentielle de 2019. », a estimé ce vendredi Makhtar Ndao. Les partisans de Khalifa Sall sont de plus en plus nombreux à voir un lien entre cette condamnation et la présidentielle de 2019 au Sénégal. Ces derniers estiment que Macky Sall aurait influencé la décision du tribunal pour empêcher le maire de Dakar de se présenter à ces futures échéances, un homme dont la popularité ne cesse de grimper malgré sa condamnation.

Laura Smet : qui est la fille de Johnny Hallyday

Affaire Maëlys : l’émouvante lettre de la sœur de Nordahl Lelandais