in

Procès Hallyday : tension et chaudes répliques au tribunal de Nanterre

Quatre mois après sa mort, il est difficile de dire si l’âme de Johnny Hallyday repose en paix à Saint-Barthélemy.

La bataille qui oppose sa femme à ses enfants, à propos de son patrimoine, n’est toujours pas terminée. Reporté au 30 mars, il y a deux semaines, le procès sur l’héritage du rockeur a effectivement eu lieu le vendredi passé à Nanterre.

Tension et chaudes répliques ont caractérisé le procès Hallyday qui s’est tenu le vendredi 30 mars au tribunal de Nanterre. Les avocats des deux camps n’y sont pas allés de mains mortes, comme s’ils s’étaient appropriés, personnellement, cette affaire. Sous-entendus, piques, insinuations, colères ont émaillé cette bataille juridique qui n’a pas connu une sanction ce vendredi.

L’atmosphère d’entrée de jeu

La bataille féroce qui oppose Laeticia Hallyday aux enfants du défunt a connu un autre épisode le vendredi 30 mars. C’est au tribunal de Nanterre qu’a eu lieu le combat par avocat interposé. Après le report du 15 mars, ce procès devait définitivement refermer cette affaire d’héritage. C’est pourquoi toutes les parties étaient présentes, contrairement au 15 mars dernier où Laeticia avait brillé par son absence. Lorsque les deux camps sont arrivés dans la salle E du tribunal aux alentours de 14 heures, l’on pouvait percevoir la tension qui se lisait sur les visages. Pendant 4 heures environ, tous les coups seront permis de part et d’autres. Tant que les coups bas écorchent l’image de l’adversaire, les comptes sont bons.

L’avocat de Laura Smet range les civilités

Me Ardavan Amir-Aslani, qui avait souhaité qu’on n’appelle plus sa cliente par son nom de jeune fille, ne trouvera pas satisfaction tout au long de ce procès. Les avocats des enfants Hallyday n’ont eu de cesse, pendant tout le procès, de lui retirer le nom de son époux, comme pour lui nier tout droit à l’héritage. Me Carine Piccio et Me Pierre-Jean Douvier n’ont employé que le nom Laeticia Boudou ou Laeticia tout court. L’avocat de David Smet, Maitre Temime a, de son côté, joué la carte du terrorisé. Simulant une peur bleue de Laeticia, il tourne vers son avocat pour lui dire, sur un moqueur : « Le bénéficiaire du testament est Laeticia Hallyday. J’ai tellement peur de vous que je l’appelle comme ça ».

Me Amir-Aslani s’attaque à Laura Smet et sanctifie sa cliente

Toute la tactique des avocats de Laura Smet et de David Hallyday a consisté à montrer Laeticia Hallyday sous son mauvais jour. La veuve de Johnny Hallyday serait une femme intéressée, dénuée d’émotion et une froide manipulatrice par-dessus bord. Me Ardavan Amir-Aslani a assuré que sa cliente n’est ni une arriviste, ni une opportuniste. « L’artiste n’avait rien quand il a rencontré Laeticia » affirme-t-il à la barre. S’il était difficile de croire à cette possibilité, Me Ardavan Amir-Aslani avait un autre tour dans son sac. « Laeticia était présente pour Laura, chaque fois qu’elle a été arrêtée. La seule personne qui était là c’est Laeticia, quand Laura était à Sainte-Anne » avait déclaré l’avocat de Laeticia Hallyday. Ces affirmations de Maitre Ardavan Amir-Aslani ont eu le don de provoquer l’ire d’un de ses collègues, de l’autre camp. S’insurgeant contre cette insinuation à double tranchant, Me Hervé Temime déclare : « C’est proprement honteux d’aller sur ce terrain-là ». Il a fallu l’intervention de la juge principale pour éviter que les avocats partent en vrille.

La lecture d’une lettre posthume fait réagir

Le clou du spectacle est intervenu lorsqu’Emmanuel Ravanas, l’un des avocats de Laura Smet, a lu la lettre post-mortem que la comédienne a écrite pour son père. Dans cette lettre, Laura revient sur son amour sans borne pour son père et la peine qu’elle a eu de l’avoir perdu à jamais. Lors de la lecture de ce texte, l’avocat de Laeticia a paru très ému par ce qu’il entendait. Me Ardavan Amir-Aslani laissa s’écouler quelques larmes qu’il sécha par la suite. Cette compassion, ou s’il l’on veut feinte de compassion, a irrité les avocats des Smet qui interprétaient ce geste comme une cynique comédie. Les larmes de Maitre Ardavan Amir-Aslani ont davantage attisé la tension qu’elles n’ont ému l’assistance. Ce fut un scandale pour les défenseurs des enfants Hallyday. C’est pourquoi ils ont aussitôt appelé à la cessation de ce qu’ils ont convenu d’appeler une comédie.
Finalement les magistrats ne parviendront pas à statuer sur cette querelle d’héritage ce jour-là. Une nouvelle fois, l’audience a été reportée au 13 avril prochain ainsi que la décision finale. Renvoyées dos à dos, les deux parties n’ont plus qu’à attendre cette date fatidique. Pour rappel, les enfants Hallyday, plus justement Laura et David Smet, contestent le testament de leur défunt père. Ce dernier a légué tous ses biens à sa dernière femme, Laeticia Hallyday et à sa famille, les Boudou. En attendant d’y voir plus clair, Laura et David Smet ont demandé le gel du patrimoine du chanteur et un droit de regard sur son album posthume.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Procès Hallyday : résultat de l’audience du 30 mars

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro dans une nouvelle affaire d’écoute