in

Scandale Législatives France : Emmanuel Macron fait du bruit avec son Falcon

Emmanuel Macron le président français fait encore grincer les dents un mois après son élection.

Hier dimanche lors des législatives, il a soulevé la polémique en se déplaçant avec son Falcon, destination le Touquet là où son nom est inscrit sur les listes électorales. De quoi à provoquer la controverse après avoir instigué un régime financier strict.
Le président Emmanuel Macron ne fait pas dans le détail quand il se lance dans une affaire, il voit toujours plus grand. Après avoir rêvé d’une Grande France, après avoir battu à plate couture Marine Le Pen et soumis la classe politique dirigeante à un grand scanner, Emmanuel Macron montre l’exemple en…se déplaçant en jet privé !

Emmanuel Macron le nouveau patron de l’Elysée veut des mains propres

Dès le 14 mai date de son entrée en fonction, le nouveau chef d’Etat français affiche ses intentions maintes fois répétées lors de sa campagne : voir la politique française assainie. La moralisation et la transparence de la vie publique est son vœu le plus cher quitte à mettre sur le banc des accusés ses plus chers collaborateurs dont son ministre de la cohésion des territoires, Richard Ferrand. Emmanuel Macron se veut intransigeant dans tous les sens du terme et ce n’est pas lui qui échappera à la règle, il faut bien montrer l’exemple, du moins c’est ce qui est exigé.

Un Falcon présidentiel pour aller voter en première classe

Ce dimanche 11 juin 2017, Emmanuel Macron a nourri la controverse en se déplaçant pour aller voter dans un bureau de vote du Touquet là où il s’est inscrit. Très tôt en ce jour dominical, le président s’était rendu à Oradour-sur-Glane pour commémorer le massacre du 10 juin 1944. Après cette cérémonie il a mis le cap sur son bureau de vote à Touquet à bord d’un Falcon présidentiel, un fait remarquable qui a été à l’origine de beaucoup de commentaires sur les réseaux sociaux. L’attitude du locataire de l’Elysée a scandalisé pour différentes raisons.

Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais

En se déplaçant ce dimanche à bord d’un somptueux avion présidentiel, Emmanuel Macron s’est mis en contradiction avec deux de ses principes les plus chers et qu’il a tant vantés ces derniers jours à savoir la lutte contre le réchauffement climatique et la moralisation de la vie publique.
D’abord concernant la lutte contre le réchauffement climatique dont il se veut l’ardent défenseur. « Make our planet great again » avait-il ironisé pour répondre mot à mot à la politique du président américain qui ne s’inscrit pas dans l’accord de Paris. Mais ce dimanche matin l’on s’est étonné de voir Emmanuel Macron à bord d’un Falcon, un moyen de transport censé être très pollueur.
Dans un deuxième temps le locataire de l’Elysée semble avoir rangé dans les tiroirs du palais présidentiel sa célèbre moralisation de la vie publique, ce véritable scanner financier pas toujours accepté par les élus eux-mêmes. Pour nombre d’internautes il est en contradiction avec la politique qu’il vante car on ne peut pas soumettre ses ministres à une diète rigoureuse et soi-même vivre comme un milliardaire saoudien. Ce n’est pas très économique, lit-on.

Le président tente de rattraper le coup en jouant à l’écologiste

Après avoir scandalisé la toile et les français dans leur majorité, le président aurait posté une photo où il faisait du vélo histoire de rattraper le coup. Mais pour certains il est trop tard pour faire avaler cette erreur quand on s’est clairement affiché comme un mauvais exemple pour les citoyens.
Le président français Emmanuel Macron semble avoir fait sienne le dicton qui dit « faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais », mais le message ne passera visiblement pas auprès des élus politiques qui expérimentent amèrement la politique de transparence de La République en Marche.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Dernières sorties smartphones : quels smartphones s’offrir à moins de 200 euros ?

Baccalauréat au Maroc : les élèves attendent des résultats, les professeurs attendent les informaticiens