in

Attentats sur les Champs Elysées : un homme prend pour cible un fourgon de gendarmerie

Depuis quelques jours, une vague d’attentats frappent l’Europe autant entre ses frontières qu’en dehors comme avant-hier au Mali ou encore en Colombie où des ressortissants occidentaux ont été clairement visés. Londres, Manchester puis Londres encore et maintenant c’est Paris qui frôle le drame, in extremis.

Hier dans l’après-midi, un véhicule prend pour cible des gendarmes en fonçant sur l’un de leurs fourgons. Cet attentat, dit-on, aurait pu faire de sérieux dégâts au regard du matériel que contenait la voiture de l’agresseur qui n’est pas inconnu des services de renseignements. Et pourtant il détenait un arsenal assez important pour semer l’horreur.

Comment les faits se sont-ils produits

Il est 15H40 hier après midi à Paris quand un homme embarqué dans une Renault Megane fonce délibérément sur une patrouille de gendarmes qui descendaient l’avenue des Champs Elysées. Pris au dépourvu, les gendarmes n’ont pas pu réagir à temps et le forcené réussit à percuter le fourgon de tête de l’escadron. Aussitôt la voiture de l’assaillant prend feu et les gendarmes, rompus à ce genre d’alerte mettent aussitôt en place un périmètre de sécurité avant de se porter au secours de l’homme coincé dans son Renault. Les gendarmes réussissent à l’en extirper et à le maitriser et dans le même temps les Champs Elysées ont été fermés à la circulation, par précaution. L’agresseur gît au sol, mais ne porte pas de ceinture explosive selon les témoignages des gendarmes. A 16H34 la situation était sous contrôle selon un communiqué du ministre de l’intérieur qui précisera plus tard que l’assaillant est mort alors que les forces de l’ordre s’employaient à déminer le secteur.

Des éléments d’enquêtes donnent un peu plus de précision

Selon le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb la voiture du suspect « contenait un certain nombre d’armes, d’explosifs permettant de faire sauter cette voiture ». L’individu aurait donc emporté dans sa Renault Megane un important arsenal assez pour faire exploser tout le périmètre grâce notamment à cette bonbonne de gaz que les policiers ont retrouvée à l’intérieur de l’habitacle. Heureusement, affirme les services de sécurité il n’y a eu aucune victime ni au sein des gendarmes ni au sein des badauds dont l’un a d’ailleurs filmé la scène où l’on voit la voiture prendre feu dans un nuage de fumée orange.

L’assaillant n’était pas inconnu des services de renseignements français

Selon les informations l’assaillant serait Adam Lofti Djaziri, un jeune tunisien né en France en 1985. Officiellement il était négociant d’or et effectuait de nombreux voyages entre la France et la Turquie. Pourtant fiché S, c’est-à-dire recherché pour atteinte à la sureté de l’Etat, l’homme allait et venait tranquillement en plus de se constituer librement un arsenal de guerre stocké chez lui à domicile. L’attaque avait été visiblement préparée par l’agresseur dont les parents ont été interpellés par la police. Il s’agit de son père, de son frère, de sa belle-sœur et de sa femme. Pour l’heure aucun lien avec l’Organisation EI ni avec la Syrie ou une quelconque organisation terroriste n’a été encore établi. Il pourrait donc s’agir d’un loup solitaire comme c’est fréquemment le cas ces derniers temps.
Les Champs Elysées et partant la France ont frôlé la catastrophe ce lundi 19 juin dans l’après-midi. L’assaillant n’a pas pu opérer comme il l’avait prévu et c’est de bonne guerre au regard de toutes ces vies récemment fauchées par l’extrémisme religieux.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Didier Zokora le footballeur ivoirien serait-il maudit ?

Coupes des Confédérations Russie 2017 : le Chili finit par mettre en cage les Lions Indomptables